Biodiversité: chaque espèce marine compte

Le 03 novembre 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Dans le numéro de Science publié le 3 novembre, une équipe d’écologistes et d’économistes montre que la perte de biodiversité réduit profondément la capacité de l’océan de nous fournir des aliments provenant de la pêche, de résister aux maladies, de filtrer les polluants et de faire face à des stress comme la surpêche et le changement climatique. Chaque espèce qui disparaît cause un effritement encore plus rapide de tout l’écosystème. Au contraire, estime l’équipe de chercheurs menée par Boris Worm, de l’université Dalhousie (Canada), chaque espèce qui réapparaît augmente significativement la productivité globale et la stabilité de l’écosystème, ainsi que sa capacité à résister au stress. Les scientifiques sont arrivés à cette conclusion après une analyse de quatre ans d’une grande partie des données déjà existantes sur les océans. «A moins que nous changions radicalement la manière dont nous gérons la vie des océans, en se fondant sur les écosystèmes, ce siècle sera le dernier qui verra des poissons marins sauvages», estime Steve Palumbi, de l’université de Stanfor, dans un communiqué.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus