Biocoop condamnée pour dénigrement de pommes pesticidées

Le 14 octobre 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'affiche incriminée.
L'affiche incriminée.

Alors que s’ouvre un procès factice contre Monsanto, la société Biocoop a été récemment condamnée pour avoir dénigré les pommes traitées avec des pesticides de synthèse. Cette défaite juridique sonne comme une victoire médiatique, puisque la cause d’une agriculture sans chimie gagne encore en notoriété.

L’affaire s’est jouée en juin dernier devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, spécialisée dans les affaires de presse. Face à face, Biocoop leader de la distribution alimentaire biologique, et trois organisations[1] défendant les intérêts de la filière des fruits et légumes conventionnels. Enjeu du procès, une campagne de publicité diffusée en septembre 2014: une pomme bien verte et bien lisse d’un côté et tout un barnum de fûts et de fumées toxiques inquiétants de l’autre, le tout barré d’un inquisiteur «N'achetez pas de pommes (traitées chimiquement)» et assorti de références au nombre de traitements subis en moyenne par une pomme, chiffres de l’Institut national pour la recherche agronomique à l’appui (Inra).

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), chargée notamment des questions d’alimentation, devrait être sollicitée pour proposer des critères destinés à édicter une limite maximale globale d’exposition pour tous les pesticides présents dans l'alimentation, à l’image de ce qui a cours aujourd'hui pour l'eau. Chaque substance dispose aujourd’hui de ses limites propres, indépendantes les unes des autres et sans prise en compte de l’effet cocktail.

Données exactes

Dans une tentative de bloquer la campagne, les organisations de fruits et légumes avaient alors attaqué sur le fond la publicité. En vain, puisque les informations étaient fondées. Déboutées en référé, l’audience sur la forme leur a donné raison, puisque le tribunal a estimé le 21 septembre dernier que, «indépendamment du caractère exact des données chiffrées relatives aux traitements appliqués», la campagne reposait «non pas sur la valorisation des pommes issues de l'agriculture biologique, mais au contraire sur le dénigrement de celles issues des autres filières, aux fins de dissuader les consommateurs d'acheter ces fruits».

Accusée de violations des droits humains, de crimes contre l’humanité et d’écocide, la multinationale Monsanto sera jugée par un tribunal international citoyen à La Haye ce week-end. Organisé par des associations militantes, il sera présidé par des juges professionnels de renom, devant lesquels défileront une trentaine de témoins, pour juger des plaintes déposées par 20 plaignants venus de tous les continents pour témoigner des ravages agricoles, sanitaires et climatiques de l’entreprise américaine. La poursuite des crimes contre l’environnement à l’échelle internationale avance: en septembre, la Cour pénale internationale (CPI) avait annoncé que les atteintes à l’environnement, liées en particulier à l’exploitation illégale des ressources et à la spoliation des terres, feraient désormais partie de ses compétences.

Condamnation utile

Biocoop ne fera pas appel: «Notre intention première n’était pas d’être dénigrant à l’égard de l’agriculture traditionnelle», assure Patrick Marguerie, son directeur de la communication. Mais la décision, même si elle est défavorable à la coopérative, n’est pas pour lui déplaire. Car si le tribunal condamne en droit, il confirme et légitime les arguments avancés par le réseau de 382 magasins, qui se vit comme un «lanceur d’alerte». Les autres secteurs de l’industrie attaqués frontalement par Biocoop lors de la même campagne s’étaient, eux, contentés de courriers courroucés. «Je ne suis pas persuadé que ce procès ait servi nos adversaires, mais à diffuser nos idées auprès des Français, c’est certain», conclut Patrick Marguerie.

 


[1] Interprofessionnelle des fruits et légumes frais (Interfel); Association nationale pommes poires (ANPP); Fédération nationale des producteurs de fruits (FNPF)

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus