Biocarburants: du pain sur la planche

Le 24 mars 2006 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le débat organisé hier par le BIP et Enerpresse sur le développement des biocarburants aura été l’occasion de mesurer le chemin à parcourir pour atteindre l’objectif fixé par le gouvernement en novembre 2005: l'incorporation de 5,75% de biomasse dans les carburants en 2008.

Un objectif qui anticipe de 2 ans celui de l'Union européenne. Devant un parterre nombreux -quelque 110 participants-, Gaël Petton, responsable de la communication Diester au sein de Proléa, a ainsi déclaré qu'il ne fallait pas confondre «objectif politique et réalité industrielle». La filière Diester, la première en France, verra d'autres opérateurs produire du biodiesel. Sur les 2,3 millions de tonnes (Mt) d'agréments biodiesel en 2008, la filière Diester a une capacité de production de 1,8 Mt. Aussi Diester Industries réserve-t-il, pour l'instant, sa participation au nouvel appel d'offres, qui devrait être lancé en fin d'année. Des places sont à prendre. Pour Total, les deux filières (éthanol et biodiesel) sont à développer. Toutefois, Jacques Blondy, responsable du développement agricole au sein du groupe pétrolier, a rappelé la particularité, «notamment de la France», d'une consommation plus importante de gasoil que dans les autres pays. Le groupe a ainsi fait une demande d'agrément pour construire une unité de production de biogasoil de synthèse sur le site de la raffinerie de Dunkerque. Total souhaite démarrer la production en 2008.

Reste que pour le responsable du groupe pétrolier, le manque d'harmonisation des politiques biocarburants au niveau européen est très pénalisant. Entre le système mixte français (défiscalisation et mécanisme de pénalités) et ceux de ses voisins, les voies de développement manquent d'homogénéité. Et Jacques Blondy de citer le système de type certificat sur lequel travaille actuellement le Royaume-Uni, ajoutant que «la Commission européenne devrait sortir du système de la défiscalisation». Xavier Montagne, chef du département Carburants, lubrifiants et émissions de l'Institut français du pétrole (IFP), a fait le point sur une partie des 15 engagements pris par les acteurs en novembre 2005. Les travaux (changement de normes, techniques en général) sont lancés. Concernant l'incorporation d'éthanol en l'état dans l'essence (l'un des 15 engagements), Jacques Blondy a salué le travail réalisé par l'Union française des industries pétrolières (UFIP) afin de mettre sur le marché de bases essences à éthanoler. «Il ne reste plus qu'à trouver des clients».




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus