Bio: une boîte à outils au service de l’eau

Le 04 juillet 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un guide issu de l'expérience de 12 territoires pilotes
Un guide issu de l'expérience de 12 territoires pilotes

Depuis ce 4 juillet, les collectivités disposent sur internet d’une boîte à outils complète pour réduire concrètement les pollutions diffuses d’origine agricole, objets de plusieurs contentieux entre Paris et Bruxelles.

Réalisé par la Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab)[1], elle est le fruit d’une expérimentation menée depuis 2010 auprès de 12 territoires-pilotes pour améliorer la qualité de l’eau. Issus de bassins différents, ces villes, communautés d’agglomération et parcs naturels régionaux ont en commun d’avoir privilégié le développement de l’agriculture bio au service de la qualité de l’eau potable. Avec succès selon la Fnab, puisque la bio représente désormais, dans ces zones proches des points de captage, 6% de la surface agricole utile (SAU) contre 4% seulement au niveau national. Un résultat non négligeable alors que la France perd en moyenne 500 captages chaque année.

la vallée de la Vanne

Disponible sur le site devlocalbio.org, cette nouvelle boîte à outils regorge d’informations utiles pour développer des pratiques agricoles plus respectueuses des eaux et des sols. Au programme: les monographies des territoires-pilotes, des fiches pratiques autour des outils de planification (Agenda 21, plan Climat Energie territorial, charte de parc naturel, schéma d’aménagement et de gestion des eaux, etc.), ainsi qu’un panel d’actions possibles (acquisition et partage fonciers, soutien aux conversions, structuration des filières longues en bio, produits bio et locaux en restauration collective, programme zéro phyto…)

Dans l’aire d’alimentation des sources de la vallée de la Vanne (Yonne), l’agriculture bio est ainsi passée de 1 à 9% de la SAU entre 2008 et 2012, grâce à une politique de baux ruraux environnementaux conclus avec des agriculteurs, d’accompagnements au changement des pratiques agricoles, de soutiens financiers d’Eau de Paris (mesures agro-environnementales) et la création d’une station de semences bio, la première de l’Hexagone.



[1] En partenariat avec Eau de Paris, l’Association des maires de France et l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus