Bio: les serres chauffées seront très encadrées

Le 11 juillet 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Pas de tomates bio en rayon entre le 21 décembre et le 30 avril
Pas de tomates bio en rayon entre le 21 décembre et le 30 avril

Le Comité national de l’agriculture biologique (CNAB) a finalement décidé, ce 11 juillet, d’encadrer la production de légumes biologiques sous serre pour respecter leur saisonnalité.

Il n’y aura pas de tomates locales bio au repas de Noël. Après avoir été reporté à plusieurs reprises, le verdict du CNAB est tombé, et marque un coup d’arrêt à l’industrialisation des aliments bio : «le chauffage des serres est possible uniquement dans le respect des cycles naturels. La commercialisation, au stade la production, des aubergines, concombres, courgettes, poivrons et tomates biologiques est interdite entre le 21 décembre et le 30 avril», écrit l’INAO[1]. Indispensable, la production de plants sous serres chauffées reste possible en hiver, tout comme la production de légumes de saison. Cette décision stoppe en revanche  plusieurs projets en cours, qui visaient à produire des tomates bio en hiver, pour répondre à la demande croissante des consommateurs, au risque d’affaiblir la confiance des consommateurs dans le label bio.

L’aval du ministre de l’agriculture

Le comité s’est prononcé en faveur de cette mesure par 22 voix pour, dont celle du ministre de l’agriculture qui –fait rare- s’est déplacé en personne, ainsi que 4 contre et 4 abstentions. «Fort de la décision du CNAB, je peux maintenant porter à Bruxelles une demande d’harmonisation au niveau européen», a déclaré Didier Guillaume à l’issue du vote. Le règlement européen du 28 juin 2007 reste en effet évasif, affirmant que «le cahier des charges de l’agriculture biologique doit imposer le respect des cycles naturels et une utilisation responsable de l’énergie».

«Une régulation bénéfique»

«C’est une régulation bénéfique à l’agriculture bio, même si elle n’est pas complètement aboutie en ne prévoyant pas d’interdiction totale», a affirmé au JDLE Guillaume Riou, président de la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab), qui compte «surveiller de près tous les nouveaux projets industriels». La production de fruits bio n’est, en effet, pas couverte par l’interdiction.

100% ENR

Le CNAB ajoute une autre condition bénéfique pour le climat: les producteurs bio ayant recours à des serres devront uniquement utiliser des énergies renouvelables (ENR). Une mesure qui s’appliquera dès janvier 2020 pour toutes les exploitations entrant en conversion et en janvier 2025 pour les autres[2]. Reste à savoir ce qu’il faut attendre par ENR. «Il va falloir analyser dans le détail les différents cycles de vie des différentes et exclure, notamment, de mettre du maïs dans des méthaniseurs», résume Guillaume Riou, attentif à l’accaparement des terres. Aujourd’hui, la plupart des serres sont encore alimentées au gaz ou au fioul.

Forte mobilisation

La mobilisation contre le bio sous serres chauffées a joué un rôle important dans le débat. Les syndicats historiques de l’agriculture biologique (Fnab et Synabio[3]) réclamaient depuis un an l’interdiction des serres chauffées pour la production de fruits et légumes bio en hiver, dénonçant la volonté de certains producteurs de vouloir industrialiser la filière et de trahir l’esprit du bio. Lancée par plusieurs ONG, dont la Fondation Nicolas Hulot (FNH) et Greenpeace, une pétition pour dire non aux tomates bio en hiver a recueilli plus de 80.000 signatures. Elle a également obtenu le soutien d’une cinquantaine de chefs et de restaurateurs, dont l’ex-chef triplement étoilé Olivier Roellinger.

 

 



[1] Institut national de l’origine et de la qualité, auquel est rattaché le CNAB

[2] Exploitations en conversion ou déjà certifiées agriculture biologique

[3] Syndicat de l’agroalimentaire bio

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus