Bio: les aides n’arrivent toujours pas

Le 05 novembre 2018 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les installations progressent, les aides tardent.
Les installations progressent, les aides tardent.

Alors que les aides à la bio accumulent plus de deux ans de retard, la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab) a saisi le défenseur des droits et espère que l’Etat renouvellera les avances de trésorerie déjà consenties.


«Qui est prêt à accepter qu'une partie de son salaire soit versé trois ans après le travail fourni?» Les retards dans le paiement des aides dues aux agriculteurs engagés en agriculture biologique n’en finissent pas. Selon les constats réalisés par la Fnab, un reliquat de 3% des aides n’a pas été traité pour 2015 et seul un tiers de celles de 2016 a été géré. La faute à un logiciel informatique, qui ne touche que les aides à la bio.
Défenseur des droits saisi
L’instruction des dossiers 2017 ne commençant qu’une fois la campagne 2016 achevée, la Fnab «ne voit donc pas comment» le gouvernement pourrait tenir le calendrier d’un retour à la normale avant fin 2018, soit le versement effectif de l’ensemble des aides bio 2015, 2016, 2017. La fédération, après avoir dénoncé maintes fois le problème, a saisi le défenseur des droits le 25 octobre dernier. Une démarche inédite.
Montants en baisse
«En tant que chef-fe-s d’entreprise, les paysans et paysannes bio ont construit leur modèle économique sur la base des montants de soutien annoncés en 2014. Depuis lors, non seulement les montants ont baissé, l’aide au maintien a été supprimée, mais qui plus est le soutien restant n’est pas versé, s’alarme Guillaume Riou, président de la Fnab. Non seulement la trésorerie de nos fermes est gravement fragilisée mais nos possibilités d’investir, d’innover et de nous développer sont freinées. Qui peut sérieusement gérer une entreprise dans ces conditions?»
Avances de trésorerie maintenues?
La Fnab demande également le maintien des avances de trésorerie mises en place depuis 2016, via un système d’avances de trésorerie remboursables (ATR) et plafonnées mis en place dès 2016, qui ont jusqu’ici permis d’amortir ces retards et leur impact sur la trésorerie des fermes. «Ces avances, qui devront être remboursées par les producteurs après le versement de la totalité des sommes dues, ont permis de soulager la pression économique générée par cette situation, précise la Fnab. Il est primordial que ce système soit maintenu et que les remboursements ne soient pas réclamés tant que les aides bio n’ont pas été versées.»


 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus