Bilan sur les risques émergents en Europe

Le 04 avril 2006 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L’observatoire des risques (1) de l’Agence européenne de sécurité au travail vient de publier son premier rapport sur les risques professionnels émergents liés aux changements de la société, de l'organisation du travail et des méthodes de production.

On définit comme «risque émergent» un risque à la fois nouveau et croissant. «Nouveau» signifie que ce risque n'existait pas auparavant ou qu'un problème de longue date est désormais considéré comme un risque à cause de l'évolution de la perception du public ou de la société, ou de nouvelles connaissances scientifiques. Parallèlement, un risque est qualifié de «croissant» si le nombre de dangers entraînant ce risque est croissant, si la probabilité d'exposition à des dangers entraînant ce risque est croissante ou si l'effet du danger sur la santé des travailleurs va s'aggravant.

L'enquête effectuée pour l'Agence européenne de sécurité au travail par un panel de plus de 60 experts de la sécurité et de la santé dans 14 pays européens et aux Etats-Unis permet aujourd'hui de dresser une liste plus précise des risques physiques émergents, dans laquelle on retrouve les risques liés au manque d'activité physique, ceux liés à l'exposition combinée aux troubles musculosquelettiques (TMS) et aux risques psychosociaux, les risques dus à la complexité croissante des nouvelles technologies, à l'inconfort thermique ou encore à l'exposition aux ultraviolets (UV) ainsi qu'aux vibrations, aux postures gênantes et au travail de force. En outre, on estime que ces nouveaux risques ont souvent une dimension multifactorielle et touchent plus particulièrement les travailleurs peu qualifiés. En effet, les études prouvent que les travailleurs qui occupent un emploi de faible niveau et travaillent dans de mauvaises conditions, sont aussi ceux qui bénéficient paradoxalement de moins de formation et de mesures de sensibilisation. C'est pourquoi ils sont considérés comme particulièrement à risque. Rentrent notamment dans cette catégorie les travailleurs de l'agriculture et de la construction qui sont peu conscients des risques thermiques qu'implique le travail dans des environnements chauds ou froids.

De même, les centres d'appel fournissent aujourd'hui l'un des exemples les plus caractéristiques d'un lieu de travail propice aux risques émergents. Le personnel de ces centres est, en effet, souvent exposé à une combinaison de risques tels que la position assise prolongée à des bureaux mal ajustés, le bruit de fond, des casques inadéquats, une faible maîtrise des conditions de travail, une forte pression des délais et des exigences élevées sur le plan mental et émotionnel. Autant de facteurs qui entraînent, à la longue, des problèmes de santé tels que les troubles musculosquelettiques, le stress, les problèmes de voix ou encore la fatigue.

Ainsi, comme le souligne, Hans-Horst Konkolewsky, directeur de l'Agence: «le message que les décideurs politiques et les experts de la santé et de la sécurité nous font passer est que nous ne pouvons plus aborder les risques individuels de façon séparée. Il nous faut une approche holistique de la prévention des risques.»



(1) L'observatoire des risques a été créé par l'Agence européenne de sécurité au travail afin de définir et d'anticiper les tendances en matière de sécurité et de santé au travail (SST) en Europe, l'objectif étant de mieux cibler les ressources et de permettre des interventions plus opportunes et efficaces.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus