Bilan mitigé pour Rhône-Méditerranée Corse

Le 08 mars 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Seulement 51% des rivières sont en bon état
Seulement 51% des rivières sont en bon état

L’Agence de l’eau a publié, le 7 mars, son bilan 2011, dans lequel elle retient deux priorités : la lutte contre l’artificialisation des rivières et la réduction des pesticides.

Les bassins Rhône-Méditerranée et Corse (RMC) ont connu, en 2011, la mise aux normes de la plupart des stations d’épuration, en retard par rapport aux échéances prévues par la directive sur le traitement des eaux résiduaires urbaines[1], à savoir 1998 pour les agglomérations de plus de 10.000 habitants en zones sensibles, 2000 pour celles de plus de 15.000 habitants dans les zones normales et 2005 pour toutes les autres. La France fait d’ailleurs l’objet contentieux communautaire sur ce point. Fin 2012, 52 stations devaient encore subir des travaux de mise en conformité.

Depuis 2011, les substances dangereuses rejetées par les stations d’épuration sont par ailleurs surveillées dans les agglomérations de plus de 100.000 habitants. Cela représente environ 358 installations.

51% seulement des rivières sont en bon état, ce qui est encore loin de l’objectif, fixé par le Grenelle de l’environnement, de 66% à l’horizon 2015 (voir l’interview de Martin Guespereau). C’est toutefois un peu mieux que la moyenne française, qui stagne à 45%. L’Agence de l’eau RMC affiche donc deux priorités. Tout d'abord, elle va lutter contre l’artificialisation des rivières par des travaux de reméandrage, de créations de passes à poissons et d’effacement de seuils… Selon le rapport d’activité, 15.000 seuils ou barrages font aujourd’hui obstacle à l’écoulement des rivières.   Le plan national d’action pour la continuité écologique prévoit l’effacement ou l’aménagement de 336 ouvrages d’ici 2012, puis de 516 supplémentaires à l’horizon 2015. Deuxième objectif : réduire les pesticides, dont la situation n’évolue plus. Le plus répandu est le glyphosate, présent dans les trois quarts des cours d’eau régionaux. 6 pesticides interdits d’usage, comme l’atrazine, sont présents dans 60% des rivières et 45% des nappes.

Les économies d’eau seront également au programme 2012, pour limiter les fuites des réseaux d’eau potable et les pertes générées par l’agriculture et l’industrie. Selon l’Agence, 40% du territoire est confronté à des pénuries d’eau. Un appel à projets va donc être lancé en avril, avec une enveloppe de 10 millions d’euros. Il permettra de soutenir différentes actions : inventaire du patrimoine des réseaux d’eau potable, diagnostics et recherches de fuites, ou équipements économes en eau.

Autre point sensible : la protection des captages. Les programmes d’action sont en hausse (40 en 2011 contre 16 en 2010). Mais les 67 «captages Grenelle» lancés ne représentent que 55% des objectifs, puisque 120 captages particulièrement menacés.

 



[1] Directive 91/271/CEE

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus