Bilan des rebondissements sur le bonus-malus

Le 19 septembre 2008 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les tensions de ces derniers jours concernant l’extension du bonus-malus automobile à d’autres familles de produits s’estomperont peut-être aujourd’hui 19 septembre avec la réunion qui a lieu à l’Elysée en présence du ministre d’Etat chargé de l’environnement Jean-Louis Borloo, de sa secrétaire d’Etat Nathalie Kosciusko-Morizet et du ministre chargé du budget Eric Woerth.

“Le bonus-malus automobile a été un grand succès (…). C’est une piste à poursuivre sereinement, mais il y a des choses fausses qui sortent dans la presse et qui nuisent à la lisibilité de notre politique», a déclaré Nathalie Kosciusko-Morizet lors de son déplacement à Donges (Loire-Atlantique) le 18 septembre. Elle a également souligné que la fiscalité verte «ne sert pas à l’Etat à se faire de l’argent, mais à envoyer un signal aux consommateurs».

Le même jour, François Fillon s'était, d'après l'AFP, montré hostile à l’instauration de taxes vertes: «Il n’y a pas d’arbitrage. Il n’ya aucune liste» a-t-il ainsi déclaré au sujet de l’éventuelle extension du bonus-malus. Il a par ailleurs regretté qu’il y ait eu «un peu de précipitation dans la communication» à ce sujet.

Alors que le Medef souligne "l'irritation et l'énervement" de ses membres face un «énorme désordre en termes de communication», le président de France nature environnement (FNE) Sébastien Genest rappelle que «la question n'est pas de savoir qui va gagner la bataille de la communication ou aller à Matignon, la question est de savoir comment faire en sorte que le Grenelle change la vie des français».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus