Bilan des plans régionaux santé-environnement

Le 06 octobre 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
France
France

La plupart de ces plans qui doivent permettre d’améliorer la prévention des risques sanitaires liés à l’environnement ont été adoptés. Dans l’indifférence quasi générale.

Le 5 octobre, le ministère en charge de l'environnement a publié l'état d'avancement des plans régionaux santé-environnement (PRSE) au 22 septembre 2006. Il s'agit de déclinaisons locales du Plan national santé-environnement (PNSE) adopté le 21 juin 2004, qui s'intègrent aux plans régionaux de santé publique (PRSP).

Une circulaire du 3 novembre 2004 (1) demandait aux préfets de région de finaliser leur plan avant le 31 septembre 2005. Mais plus d'un an après l'échéance, 5 régions n'ont toujours pas adopté leur plan: l'Alsace, la Bretagne, la Haute-Normandie, la Lorraine, et le Poitou-Charentes. Les PRSE des 5 régions sont finalisés et en voie d'adoption, de même que ceux de la Guadeloupe, de la Guyane, et de la Martinique. En revanche, le PRSE de la Réunion est en état d'avancement non précisé.

Des progrès ont tout de même été réalisés depuis le 4 juillet, dernière date à laquelle l'état d'avancement a été enregistré. A l'époque, 13 régions n'avaient pas adopté leur PRSE, dont les 4 départements d'outre-mer (Dom).

Parmi les 45 actions listées dans le PNSE, l'amélioration de la qualité de l'eau potable (action n°10) s'est révélée la plus populaire à l'échelle régionale. Ce qui n'est pas surprenant, l'eau étant une problématique essentiellement territoriale. Sur les 25 régions, seules 2 ne mentionnent pas l'objectif de préserver les captages d'eau: la Bretagne et la Haute-Normandie qui concentre pour sa part ses efforts sur la qualité de l'air. En revanche, la Bretagne a opté pour l'action n°11 qui consiste à limiter les pollutions des eaux et des sols dues aux pesticides et à d'autres substances dangereuses.

Autres thèmes appréciés par les régions: la lutte contre les légionelloses (action n°1) dont l'objectif de diminuer l'incidence de 50% dès 2008 est plébiscité par 21 régions, la réduction de l'exposition aux substances cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques, dites CMR, (action n°23), citée 19 fois, et la diminution des émissions aériennes de substances toxiques d'origine industrielle (action n°7), reprise par 17 régions.

Concernant les actions spécifiques menées par les régions en dehors des actions recensées par le PNSE, on peut noter le cas de la Basse-Normandie qui souhaite créer des plans locaux de santé-environnement qui seraient réalisés à l'échelle des communautés de communes ou des agglomérations.

Enfin, 13 régions ont décidé de «faciliter l'accès à l'information en santé-environnement et favoriser le débat public», l'une des actions phares du PNSE. Un débat en local, voilà qui pourrait effectivement contribuer à développer les connaissances des citoyens en matière d'exposition aux produits dangereux, ou de qualité de l'air. Mais force est de constater que, pour le moment, le PNSE et les PRSE ne réussissent pas à intéresser le grand public. A moins que cela ne soit l'effort fourni par les autorités locales et nationales qui soit insuffisant.



(1) Circulaire du 3 novembre 2004 relative au plan national santé-environnement (PNSE) définissant les actions à mettre en oeuvre au niveau local pour détecter, prévenir et lutter contre les pollutions de l'environnement ayant un impact sur la santé




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus