Bilan des efforts environnementaux: le secteur aérien s’adresse un satisfecit

Le 29 janvier 2009 par Sonia Pignet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
avion
avion

Mercredi matin, à l’initiative de la Fnam (la Fédération nationale de l’aviation marchande) et de l’UAF (l’Union des aéroports français), les acteurs de l’aérien français faisaient le point sur les avancées en matière d’environnement, un an après la signature de la convention du 28 janvier 2008. Bilan: ils se félicitent d’avoir poursuivi leurs engagements malgré les difficultés économiques.

Il y a un an, 6 acteurs majeurs du secteur aérien français signaient, avec le ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire (Meeddat) une convention concernant la réduction des émissions polluantes et la lutte contre les nuisances sonores (1 et 2). Ils s’engageaient ainsi à réaliser des actions concrètes pour atteindre les objectifs fixés par le Grenelle de l’environnement. Hier, la Fnam et l’UAF ont convoqué quelques-uns de leurs adhérents, le secrétaire d’Etat en charge des transports (qui s’est fait représenté par son directeur de cabinet Michel Wackenheim) et la presse, pour faire un premier bilan.

Du côté de la Fnam, deux annonces principales. Tout d’abord, la signature, le jour même, de la Charte d’amélioration de la performance environnementale des entreprises de l’aviation marchande. 34 entreprises, soit environ 90% des entreprises adhérentes de la Fnam, qui représentent les deux tiers des 120.000 salariés direct de la branche transport aérien en France, se sont engagées dans cette charte. Elles s’obligent ainsi à fournir annuellement à la Fnam des données précises sur l’évolution de leurs engagements. Pour évaluer les progrès, et c’est la seconde annonce, est instauré un baromètre appelé Observatair (3). «Une année d’un travail collectif énorme pour regrouper 12 paramètres», a résumé Lionel Guérin, président de la Fnam. Les résultats sont pour l’instant donnés pour l’année de référence 2007, et seront annuellement (à la mi-année) réactualisés.

Parmi les indicateurs du baromètre, le pourcentage d’entreprises ayant réalisé un bilan carbone (qui devra passer de 50% en 2007 à 100% en 2012), la consommation moyenne en litres par passager pour 100 kilomètres (qui devra évoluer de 4,02 litres à moins de 4,01), le pourcentage d’avions par groupes acoustiques, ou encore les énergies renouvelables produites par les sociétés signataires (l’objectif est simplement d’augmenter, ce chiffre étant de 0 mégawattheures -MWh- en 2007). «La charte et le baromètre manifestent notre volonté de tenir les engagements pris en 2008», a insisté Lionel Guérin. Les objectifs pour chaque indicateur d’ici trois ans sont cependant plutôt indicatifs qu’obligatoires, puisqu’aucune sanction n’est prévue en cas de non-respect. Mais Lionel Guérin est confiant: «Ces engagements seront tenus, car on en a la volonté», a-t-il expliqué.

A l’UAF, qui a signé la charte de la Fnam, la nouveauté depuis l’an passé est l’édition d’un guide de bonnes pratiques environnementales en aéroport, en 7 points. Pour chaque «fiche» (par exemple réduction des émissions de CO2 des flottes automobiles, mesure de la qualité de l’air avec l’aide d’un organisme indépendant, réalisation d’un plan de déplacement entreprise, etc.) est présenté le contexte, les objectifs et une méthodologie. Concernant le bruit, «un problème majeur», a rappelé le président de l’UAF Claude Terrazzoni, «on essaye de faire le maximum sans perdre de vue qu’il s’agit de trouver un compromis entre l’économie et l’environnement». Quelques mesures ont déjà été prises, «qui vont dans le bon sens», a commenté Patricia Lemoyne de Forges, présidente de l’Acnusa (l’Autorité de contrôle des nuisances sonores aéroportuaires): amélioration de l’aide à l’insonorisation pour les habitations proches, descentes continues (sans les bruyants paliers), et création de tranches de nuit à Orly.
Sur ce sujet, les recherches se poursuivent, notamment grâce au Corac (le conseil stratégique pour la recherche aéronautique civile française), créé en juillet 2008. Des pistes sont évoquées pour réduire le bruit en approche d’aéroport, par exemple en sortant plus tardivement le train d’atterrissage.

Au milieu de toutes ces avancées, les participants ont cependant reconnu qu'il restait des progrès à faire. Didier Hamon, directeur développement durable et environnement des Aéroports de Paris a confié que «l’objectif d’atteindre les 23% d’énergies renouvelables d’ici 2025 [serait] difficile à tenir». La mise en place de la géothermie à Orly permettra certes d’atteindre les 11%, «mais il faudra une rupture technologique si l’on veut tenir nos engagements», a indiqué Didier Hamon. Quant à la réduction de 30% des émissions de CO2 sur la flotte à terre, «il n’y a pour l’instant aucune offre de véhicule qui permette d’y arriver», a-t-il confié.

De façon globale, la Fnam et l’UAF estiment avoir bien progressé. Le directeur de cabinet de Dominique Bussereau les a d’ailleurs félicités et assurés de son soutien en ces temps mouvementés, où le trafic aérien est en baisse. Il a par ailleurs annoncé que la feuille de route du Corac serait dévoilée à la mi-2009, et que l’Etat allouerait 120 millions d’euros par an entre 2009 et 2011 (contre 50 en 2007) à la R&D pour améliorer les performances des avions, diminuer leur consommation et réduire les nuisances sonores.

Pour l’association de défense environnementale France nature environnement (FNE), «il est positif que soit effectivement mis en place le programme prévu», indique Michel Dubromel, responsable transport aérien. Cependant, deux inquiétudes persistent. «Les riverains ne nous ont fait part d'aucune amélioration de la perception du bruit et nous regrettons que les travaux d’amélioration concernant le bruit se limitent à la région parisienne». Dans un communiqué, Didier Gonzales, député du Val de Marne («la circonscription la plus survolée de France») «se félicite de cette signature», mais «souhaite néanmoins des efforts supplémentaires, notamment en ce qui concerne l’aide à l’insonorisation des logements des riverains d’aéroports».


(1) Convention du 28 janvier 2008
(2) Dans le JDLE «Le gouvernement signe une convention avec le secteur aérien»
(3) Site web d’Observatair


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus