Bilan de santé de la PAC: une agriculture un peu plus verte

Le 25 février 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Devant le Conseil supérieur d’orientation de l’agriculture (CSO), le ministre de l’agriculture Michel Barnier a annoncé, lundi 23 février, les modalités de mise en œuvre du bilan de santé de la politique agricole commune (PAC).

En 2010, 1,4 milliard d’euros –18% des aides directes reçues par les agriculteurs– sera réorienté sur 4 objectifs. Le soutien aux productions fragiles, telles que l’élevage ovin et caprin, sera rééquilibré, et l’indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN), dont bénéficient les territoires de montagne, revalorisée à hauteur de 265 millions €.

Les surfaces en herbe consacrées à l’élevage seront soutenues à hauteur de 980 millions €. 129 millions € seront alloués au «développement durable» de l’agriculture: hausse des moyens pour l’agriculture bio, l’amélioration de la performance énergétique des entreprises agricoles, la gestion de l’eau et la biodiversité.

140 millions € seront utilisés pour l’instauration d’outils de couverture des risques climatiques et sanitaires. Selon la Confédération paysanne, «le chemin est encore long vers une agriculture réellement durable et paysanne, mais une petite étape vient d’être franchie». L’organisation se félicite qu’une à une, «les organisations professionnelles, l’administration, et les pouvoirs publics, se rendent à l’évidence et rapprochent leurs propos des nôtres».

Pour France nature environnement, ces décisions, bien qu’elles aillent dans le bon sens, sont «en dessous des ambitions du Grenelle». FNE qualifie le bilan de santé de «petite réforme» de la PAC. La fédération d’associations environnementales aurait souhaité un soutien aux prairies permanentes, «importantes pour la biodiversité, la qualité des eaux et la lutte contre l’effet de serre». Elle estime que le budget pour tripler les surfaces en agriculture bio d’ici 2012, engagement du Grenelle, ne suffira pas. Elle relève enfin le manque de financement pour la gestion des zones Natura 2000 et pour l’amélioration de la qualité des eaux.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus