Bilan de l’alerte au tsunami en Nouvelle-Calédonie

Le 10 avril 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Suite à l'alerte au tsunami qui s'est mise en place en Nouvelle-Calédonie le 2 avril, les autorités et administrations des îles Loyauté (Lifou, Ouvéa, Maré et Tiga) se sont réunies pour faire le bilan du dispositif. D'après un article du journal Les nouvelles calédoniennes, le bilan est plutôt positif, mais des efforts doivent encore être faits en matière d'information de la population.

A 9h30 heure locale le 2 avril, Pierre Perrot, le commissaire délégué de la République pour la province des îles Loyauté, a ordonné «l'évacuation immédiate des populations, en priorité les enfants des écoles dans les zones à risques, à savoir au bord de la mer». Tout a été fait rapidement, mais selon le journal, «l'alerte n'a pas été connue de façon officielle, claire et précise par la majeure partie de la population». Ainsi, des enfants se sont perdus dans la brousse avec leurs enseignants en allant se réfugier en hauteur, et des habitants ont été informés de la levée de l'alerte avant qu'elle ne soit réellement levée. Selon Pierre Perrot, il est indispensable d'établir une liste d'établissements en zone sensible et, au cas par cas, un chemin d'évacuation régulièrement entretenu, avec un point de regroupement.

L'idée de mettre en place des exercices annuels d'alerte au tsunami a été évoquée, avec un renforcement de l'information de la population sur la marche à suivre en cas de risque. Un réseau de sirènes automatiques sera installé en 2008 sur le littoral et les zones à risque, pour permettre une alerte plus rapide.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus