Bilan carbone: Arc express bat le Grand Paris

Le 25 janvier 2011 par Célia Fontaine
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Selon un rapport commandé par la SNCF et présenté le 24 janvier par Carbone4, cabinet de conseil en stratégie carbone, mieux vaut réhabiliter les lignes de transports en commun existantes en Ile-de-France, comme le prévoit le projet Arc Express, pour avoir un bilan carbone et financier favorable d'ici 2050.

 

Pour mémoire, deux projets sont en concurrence pour la modernisation des transports en IDF.

 

D’un côté Arc Express, le métro automatique de rocade en petite couronne, qui reliera des villes de banlieue entre elles, sans avoir à passer par Paris. Porté par le président de la région Ile-de-France Jean-Paul Huchon, il a été lancé en 2007. « Majoritairement souterrain, Arc Express comportera environ 40 stations, en correspondance avec un grand nombre de lignes de transport en commun existantes ou en projet : métros, RER, Transiliens, tramways ou bus. Il permettra ainsi de développer de nouvelles possibilités de correspondances pour tout le territoire de l’Ile-de-France et proposera, pour certains parcours, des gains de temps allant jusqu’à plus de 20 minutes », peut-on lire sur le site dédié au projet.

 

Son objectif est d’améliorer le report modal en proche couronne pour désaturer la capitale en voitures et rendre la ville plus accessible aux habitants de la grande couronne.

 

De l’autre, la double boucle du Grand Paris prévoit la construction d’un nouveau réseau de 155 kilomètres de lignes de métro automatique reliant les principaux points de la capitale. Les nouvelles lignes doivent relier 9 pôles stratégiques d'Ile-de-France (Roissy, Le Bourget, Marne-la-Vallée, Villejuif, Orly, Massy, Saclay, La Défense, Saint-Denis-Pleyel). La loi relative au Grand Paris a été publiée le 5 juin 2010 au Journal officiel.

 

L’Autorité environnementale (AE) a étudié le projet Grand Paris fin août dernier (dans le JDLE). Il ressort de son analyse que le report modal de la route vers les transports en commun généré par le programme resterait modeste : -1,3 % sur les déplacements automobiles et +1,2 % sur les déplacements en transports public. Côté CO2, les réductions d’émission resteront faibles, elles aussi : -2 % en 25 ans.

 

Comme le reste de l’Hexagone, la région doit légalement réduire de 75 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. Si les rejets des transports restent stables, il faudra, pour compenser, diviser par 6 ou 7 les émissions de tous les autres secteurs, estime l’Autorité environnementale.

 

Or, « la construction d'un métro autonome du Grand Paris tant dans un contexte de récession que de croissance économique apparaît comme risqué », souligne Carbone4. « La seule construction d'un tunnel pour une nouvelle ligne produit 40.000 tonnes de CO2 du kilomètre, sans compter les émissions dues au tunnelier, la production du béton et des aciers pour les parois et enfin le déblayage des gravats », détaille le cabinet de conseil.

 

Le gouvernement et la région Ile-de-France devraient présenter un protocole d'accord sur les transports franciliens, demain 26 janvier, à l'issue du conseil des ministres, annonce l’AFP. Les deux réseaux de transport en lice (Arc Express et métro du Grand Paris), pourraient ne faire « plus qu’un ».

 

Le protocole d'accord apporte à la région des garanties financières complémentaires. Mais pour les Verts, c'est un mauvais usage de l'argent public. « Le nouveau protocole insiste donc sur les investissements d'urgence (la création d'une ligne de bus en site propre) et renvoie à plus tard le choix du mode définitif de transport (un tram-train comme le veulent les Verts, ou un métro rapide comme le souhaite le président de la République), ce qui permet à chacun de sauver la face », relève l’AFP

 

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus