Bilan 2003 de l'évaluation du saturnisme

Le 20 février 2006 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Dans une circulaire, les ministères chargés de la santé et du travail font un bilan de l'évaluation des mesures d'urgence et de prévention contre le saturnisme infantile en 2003.

Les ministères chargés de la santé et du travail ont rendu public les résultats de l'enquête 2003 sur le suivi et l'évaluation des mesures d'urgence et de prévention contre le saturnisme infantile dans une circulaire interministérielle signée le 16 novembre 2005 (1). Les directions départementales des affaires sanitaires et sociales (Ddass) ont relevé 459 nouveaux cas de saturnisme cette année-là chez les enfants mineurs, soit une baisse de 7% par rapport à 2002. Toutefois, certains départements (Hauts-de-Seine, Nord, Pas-de-Calais, Haute-Saône, Yvelines et Val d'Oise) connaissent une hausse des cas. 65% des cas ont été déclarés en Ile-de-France, un poids qui a toutefois diminué par rapport aux années précédentes où le taux était de 70%. Plus des quatre cinquièmes concernent des enfants de moins de 6 ans. Sur l'ensemble des signalements, les trois quarts des contaminations ont pour origine les peintures au plomb, le reste est particulièrement dû à la présence d'un site industriel à proximité, ou de plomb dans l'eau.

Plus de 1.100 logements ou parties communes d'immeubles ayant des peintures dégradées susceptibles de contenir du plomb ont été signalés et la région francilienne en représente 62%. 74.115 états de risques d'accessibilité au plomb (Erap) ont été réalisés en 2003. La proportion des diagnostics positifs est plus élevée que les années précédentes: près de 3 diagnostics sur 4 révèlent la présence de plomb dans les revêtements dégradés contre 1 sur 2 auparavant. Les ministères observent que les services continuent de centrer leurs actions sur les cas les plus urgents, c'est-à-dire quand il existe des cas de saturnisme déclarés. La procédure d'urgence est stoppée au moment du contrôle après travaux et en 2003. Les ministères notent aussi une hausse des moyens financiers alloués à la mise en oeuvre de mesures de lutte contre le saturnisme. Les Directions départementales de l'équipement ont consacré 4,7 millions d'euros aux diagnostics et contrôles après travaux, aux travaux d'office ou à l'accompagnement social des familles, contre moins de 3 millions en 2002. Les Ddass ont pour leur part engagé plus d'1,6 million d'euros à l'achat et à la maintenance d'appareils et aux campagnes de dépistage, contre 1 million l'année précédente.



(1) Circulaire interministérielle du 16 novembre 2005 relative au suivi et à l'évaluation pour l'année 2004 de la mise en oeuvre des mesures de lutte contre le saturnisme.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus