Bientôt un méga réseau de pistes cyclables francilien

Le 09 mars 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les tracés du RER V suivent les lignes du RER (A, B, C, D, E) et du transilien (S et M) et longent le périphérique et la future ligne 15.
Les tracés du RER V suivent les lignes du RER (A, B, C, D, E) et du transilien (S et M) et longent le périphérique et la future ligne 15.

Le Collectif Vélo Île-de-France  appelle à la mise en place d’un RER dédié à la bicyclette. Un projet soutenu par la région Ile-de-France, qui l’intégrera à son propre schéma.

 

Bientôt un RER dans lequel si retards il y a, vous ne pourrez-vous en prendre qu’à votre chambre à air. Le Collectif Vélo Ile-de-France plaide depuis un an pour la mise en place d’un RER Vélo (RERV), un ambitieux réseau de pistes cyclables francilien.

Pas si cher

Le programme consiste en la construction de 650 kilomètres de pistes cyclables sur neuf lignes de circulation. Elles relieront les grands pôles d’Ile-de-France. Les tracés actuels suivent les lignes du train express régional (A, B, C, D, E) et du transilien (S et M) et longent le périphérique et la future ligne 15 (cf carte).

#TrueCostOfUber. Les candidats à la mairie de Paris, Anne Hidalgo (PS), David Belliard (EELV) et Danielle Simonnet (LSI) soutiennent la campagne #TrueCostOfUber qui vise à réduire l'impact des voiture de transport avec chauffeur sur la pollution de l’air.

Les pistes devront être suffisamment larges pour assurer la sécurité des cyclistes. L’objectif est aussi de répondre à une demande qui explose rappelle l’association. «Selon les derniers chiffres de l’enquête globale transport menée par Île-de-France Mobilités (IDFM) les déplacements à vélo ont augmenté de 30% entre 2010 et 2018.»

Le Collectif a fait en sorte que son tracé recoupe le plus possible «les aménagements cyclables existants ou projetés par les collectivités». Le RER V englobe déjà 45% d’aménagements cyclables sécurisés (pistes ou voies vertes) construites «dont une partie peut d’ores et déjà être intégrée à un réseau sécurisé, confortable et efficace», note les associations. Reste à trouver 500 millions d’euros chiffre le collectif. Soit moins de 2% du coût du futur métro du Grand Paris Express.

La région partenaire

500 millions d’euros qui financeront la jonction d’itinéraires discontinus. Et c’est la région la première qui raccrochera les wagons. «Nous pourrons mobiliser 300 millions d’euros distribués sous forme de subventions», assure Grégoire de Lasteyrie. «L’idée consiste à aménager des voieries plus qualitatives que prévues, nous allons augmenter l’aide maximale pour la réalisation des passerelles par exemple afin de faire disparaître les discontinuités», poursuit le délégué spécial aux nouvelles mobilités à la région et maire (LR) de Palaiseau.

La région subventionnera les collectivités à hauteur de 50% pour la construction de leurs itinéraires. Les 200 millions manquant resteront à la charge de ces collectivités. Les associations auront pour mission «de mettre tout le monde d’accord sur le schéma à suivre. Afin que personne ne fasse bande à part et que les itinéraires restent cohérents entre eux», assure François-Xavier Monaco, membre de l’équipe RER V.

Si la région met la main au portefeuille, elle aura bien sûr son mot à dire. «Elle travaille actuellement sur le schéma structurant proposé par les associations. Elle décortique le projet, l’interroge techniquement et financièrement», précise François-Xavier Monaco. Première étape, le lancement d’une étude pilotée par l’Institut Paris Région concernant le RER Vélo. Afin d’intégrer au mieux le projet au plan vélo de la région. «Elle choisira les éléments qui peuvent être structurant par rapport à son projet régional», précise François-Xavier Monaco. La région IDF nous a confirmé qu’elle communiquerait sur le sujet dans les semaines à venir.