Biens de consommation: une économie (circulaire) de 500 Md€

Le 28 janvier 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les producteurs de biens de consommation vont-ils franchir le pas?
Les producteurs de biens de consommation vont-ils franchir le pas?

L’adoption de modèles circulaires pour la seule fabrication des biens de consommation courante permettrait d’économiser 500 milliards d’euros par an, selon un nouveau rapport réalisé par le cabinet McKinsey et publié le 25 janvier par la Fondation Ellen MacArthur.

En un an, le potentiel de l’économie circulaire a été affiné. En janvier 2012, en effet, la Fondation Ellen MacArthur estimait à au moins 283 Md€ l’économie annuelle en matériaux réalisée par les entreprises européennes adoptant ce modèle (et jusqu’à 470 Md€ pour son adoption complète). Un modèle qui vise, rappelons-le, à limiter l’utilisation des ressources (en utilisant notamment des énergies renouvelables et en réduisant la pression sur l’eau ou la biodiversité), à éliminer les produits toxiques de la fabrication, et à optimiser le recyclage du produit en fin de vie.

Alors que le premier rapport concernait essentiellement la production de biens à longue durée de vie (voitures, camions, machines à laver), ce nouvel opus s’attache aux biens de consommation courante dans le monde, dont le coût et l’utilisation s’avèrent beaucoup moins importants. Ceux-ci montrent un intérêt évident: ils représentent en effet 35% des apports en matières premières pour 60% des dépenses de consommation courante et 75% des déchets municipaux.

S’ils étaient produits selon les préceptes de l’économie circulaire, une économie allant jusqu’à 520 Md€ pourrait être réalisée chaque année pour leur fabrication, outre de moindres pressions effectuées sur l’environnement, note l’étude.  

Quatre biens de consommation ont été passés à la loupe: alimentation, boisson, textile et emballages. A eux seuls, ils représentent en valeur 80% du marché total des biens de consommation et peuvent rentrer aisément dans l’économie circulaire.

Prenons l’exemple des déchets alimentaires des ménages. Pour le seul Royaume-Uni, leur valorisation (sur le schéma collecte séparée, production de biogaz et retour des nutriments à la terre) rapporterait environ 1,7 Md€ par an.

Le recyclage des textiles s’avère tout aussi intéressant financièrement. Avec 2€ par tonne de revenus estimés, il couvre les coûts d’investissement de la collecte et du tri, estimés à 500 Md€ à l’échelle du Royaume-Uni. Outre-Manche, le taux de collecte moyen s’élève d’ailleurs à 65% contre 15% aux Etats-Unis et une moyenne de 25% dans l’Union européenne.

Aujourd’hui, alors que la valeur matérielle des biens de consommation courante totalise environ 2.300 Md€ dans le monde, seulement 20% de ces matières sont récupérées, le plus souvent par le biais de la décomposition (transferts de déchets et sous-produits dans des chaînes d’approvisionnement secondaires ou recyclage) et partiellement à travers le réemploi.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus