Bien nourrir les vaches, c’est bon pour le climat

Le 13 février 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Nourries à l'herbe et aux graines, les vaches rejettent moins de méthane.
Nourries à l'herbe et aux graines, les vaches rejettent moins de méthane.

Un producteur d’aliments pour bétail et une association d’agriculteurs ont imaginé un dispositif permettant de valoriser la baisse de l’empreinte carbone des vaches. Unique au monde, cette monnaie carbone était présentée mardi, à Paris.

Une fois n’est pas coutume, la finance carbone est porteuse de bonne nouvelle. Que l’on se rassure, il ne s’agit ni d’une hausse annoncée du prix des quotas européens, ni de la création d’un marché du CO2 à l’échelle planétaire. Tout cela relève encore de la science-fiction.

Et c’est sans doute ce que pensaient les dirigeants de Valorex à l’évocation de la monétarisation des crédits carbone générés par l’agriculture. Et pourtant. Pionnière de la nutrition animale, cette société développe, depuis une vingtaine d’années, des filières de production et de transformation de graines riches en protéines (lupin, féverole) ou en oméga 3 (lin).

En 2000, l’entreprise bretonne commence à mesurer les impacts climatiques de l’alimentation des ruminants. Du fait de leur système digestif complexe, les bovins sont de gros émetteur de méthane, un gaz à effet de serre 25 fois plus puissant que le gaz carbonique. Tout confondu, les rots des ruminants tricolores rejettent environ 26 millions de tonnes équivalent CO2: autant que la plus puissante centrale au charbon d’Europe!

En partenariat avec l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), Valorex prouve, dès 2001, que remettre les vaches à l’herbe et au «grain» réduit sensiblement leurs émissions de méthane. Les deux partenaires mettent au point une méthode de mesure des rejets entériques à partir de l’analyse des acides gras du lait, qu’ils font breveter en 2008. «Moins il y a de graisses saturées dans le lait et moins il y a d’émission de méthane par litre de lait produit», résume Pierre Weill, le patron de Valorex.

Le projet prend corps. En améliorant la qualité des rations données aux vaches laitières, les éleveurs améliorent non seulement la santé et la fertilité de leur bétail, mais aussi la qualité nutritive du lait. Le tout en réduisant l’empreinte climatique de la filière.

Tel sera le business plan du projet éco-méthane, porté par Bleu Blanc Cœur. Fédérant 400 adhérents, l’association fait mesurer, chaque mois, les taux de graisses saturées du lait, déduisant ainsi les rejets méthaniques de chaque troupeau. En améliorant leur alimentation (ce qui est bon pour les finances de Valorex), les bovins peuvent réduire de 20% leurs rejets polluants.

Après avoir remué ciel et terre (notamment ceux de la Direction générale de l’énergie et du climat et du secrétariat de la convention de l’ONU sur le changement climatique), les experts de Valorex et de l’ONG parviennent à faire reconnaître, l’an passé, leur démarche comme projet domestique. Une première française!

En clair, chaque réduction d’émission de GES des troupeaux Bleu Blanc Cœur (BBC) donne droit à l’émission de crédits carbone échangeables, qui sont soustraits de l’inventaire national d’émission de GES. Pour l’année 2012, l’association a ainsi reçu 8.635 crédits, chacun représentant une tonne d’équivalent CO2.

Un troupeau de 50 vaches «bien» nourries émet une trentaine de tonnes équivalent CO2 par an de moins qu’un troupeau mangeant des tourteaux de soja et du maïs.

Pour valoriser au mieux les crédits, BBC a choisi la compensation carbone. En partenariat avec la société 450, l’association a ouvert des «comptes épargne CO2» pour tous les éleveurs participant à l’opération. Chaque compte se voit créditer du montant de crédits carbone correspondant aux économies d’émission effectivement réalisées.

Parallèlement, l’association a constitué avec des entreprises volontaires un catalogue de produits qui peuvent être partiellement réglés en monnaie carbone.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus