Bien-être animal: vers la fin des parcs aquatiques

Le 09 mai 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
25 dauphins sont en captivité en France.
25 dauphins sont en captivité en France.

Un arrêté améliore les conditions de vie des cétacés en captivité, en interdisant notamment le chlore, les feux d’artifice et les baignades avec les hommes, et en prescrivant l’agrandissement des bassins. En dernière minute, Ségolène Royal a concédé une mesure que n’espéraient plus les associations: l’interdiction de toute reproduction en captivité, qui rime à terme avec fermeture des parcs aquatiques.

Quatre orques. Vingt-cinq dauphins. C’est pour eux seuls qu’un arrêté vient d’être publié par le ministère de l’environnement, qui va bousculer leurs conditions d’existence et celles de leurs semblables. Car le texte pourrait, sans les interdire directement, sonner le glas des spectacles aquatiques en France. Dans sa version finale, le texte publié le 6 mai au Journal officiel prévoit notamment l’interdiction du chlore dans le traitement de l’eau, l’augmentation de la surface des bassins, d’ici trois ans, d’au moins 150% et l’interdiction de tout contact direct entre le public et les animaux, comme lors des baignades entre humains et cétacés. Les feux d’artifice, la musique forte et les échouages provoqués sont désormais proscrits. Des zones protégées du soleil seront désormais aménagées, ainsi que des zones de vagues, de cascades et de courants. Un plan d’enrichissement multifactoriel «censés éviter aux animaux de s’ennuyer mortellement», selon les termes des associations, devra également être élaboré. Autant de points discutés et approuvés par plusieurs d'entre elles[1] et auxquels souscrivaient les gestionnaires de parc d’attraction.

Cadeau ou bêtise?

Mais un dernier point, qui ne figurait pas dans une première version en date du 28 avril pourtant signée par Ségolène Royal, a pris tout le monde de court: il s’agit de l’interdiction de toute reproduction, en captivité, des dauphins et des orques. «C’est une sorte de cadeau que nous a fait la ministre», résume, ravi, Florian Sigronde, chargé de mission au sein de la fondation Droit Animal, Ethique et Sciences. «Quand j'ai découvert le Journal officiel, j'ai dû m'asseoir, a raconté, consterné, le directeur Animal du Marineland d’Antibes, Jon Kershaw à Nice Matin. (…) Comment peut-on arriver à dire des bêtises pareilles, quand on a passé 18 mois à élaborer cet arrêté avec un groupe d'experts, avec un groupe d'activistes concernés?»

Revirement inespéré

Pourquoi un tel revirement, à même de torpiller la viabilité des parcs aquatiques du pays, dont les cétacés se reproduisent à un rythme régulier? «Ségolène Royal est surprenante, observe Christine Grandjean, la présidente de l’association ‘C’est assez!’. D’une main elle peut autoriser l’abattage de loups au-delà du quota initial et de l’autre en faire plus que ce à quoi elle s’était engagée.» Est-ce pour laisser une trace dans le bestiaire hexagonal à quelques jours de son départ de l’hôtel de Roquelaure ou par conviction? Nul n’en sait rien. «Mais quelles que soient ses raisons, nous la remercions chaleureusement pour sa décision», insiste Christine Grandjean.

Risque juridique

Pourtant, une crainte affleure: et si les parcs attaquaient l’arrêté? «Certaines associations nous ont accusé d’être complaisants, voire complices, quand nous avons soutenu la version précédente de l’arrêté qui ne prévoyait pas l’interdiction de la reproduction en captivité. Mais si nous perdions toute avancée en cas d’annulation totale par la justice?», s’inquiète la fondatrice de ‘C’est assez!’. «Quelqu'un veut qu'on disparaisse, c'est clair. On lance une bombe pareille, puis on ferme la porte et on part», estime Jon Kershaw, très remonté.

 

 



[1] Fondation 30 Millions d’amis, fondation Assistance aux animaux, fondation Droit Animal, Ethique et Sciences, Robin des bois, Réseau Cétacés, Société protectrice des animaux (SPA), France nature Environnement (FNE), fondation Nicolas-Hulot (FNH), Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), World wide fund (WWF).

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus