Bien-être animal: pendant la canicule, les transports longue distance continuent

Le 01 août 2018 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Des millions d'animaux transportés hors d'Europe.
Des millions d'animaux transportés hors d'Europe.
DR

Il fait chaud aussi pour le bétail, dont les transports d’un bord à l’autre du continent européen se poursuivent. Les ONG de défense de la cause animale demandent la révision de leurs conditions de transport.

Qui supporterait d’être enfermé des jours durant dans un camion en mouvement, compressés par ses congénères, dans une chaleur digne des Enfers? Le sort de 57 vaches –dont plusieurs françaises- attirent les regards depuis quelques jours, victimes de péripéties administratives qui les ont immobilisées, dans des conditions éprouvantes et sous un soleil de plomb, à la frontière entre la Bulgarie et la Turquie. «Le transport des animaux de boucherie en temps de canicule à l'intérieur de camions de marchandises pendant des heures voire plusieurs jours est inacceptable», écrit la Fondation 30 Millions d’amis dans un communiqué adressé ce 1er août au ministre de l’agriculture.

D’après l’ONG Welfarm, la France aurait autorisé le départ, malgré la canicule, de trois camions de bovins à destination de la Turquie le 26 juillet. Des camions transportant des vaches françaises mais transitant par d’autres pays européens, se trouveraient actuellement dans la même situation. Le ministère de l’Agriculture, ainsi que les ambassades françaises en Bulgarie et en Turquie, ont été alertées.

Par voie maritime

Selon un décompte de l’ONG Welfarm, la France a exporté 116.681 têtes de bétail en 2016, principalement vers l’Algérie, le Liban, la Turquie, la Libye, le Maroc et la Tunisie. Quelque 37 millions de bovins, cochons, moutons, chèvres et équidés et 1 milliard de volailles sont transportés  –vivants- sur le territoire de l’Union européenne, dont 3 3 millions par voie terrestre ou maritime pour être tués ou engraissés en Turquie, au Moyen-Orient ou en Afrique du nord.

EN carcasses plutôt que vivantes

Une pétition intitulée #StopTheTrucks avait recueilli un million de signatures l’an passé, réclamant la révision d’un règlement de 2005 qui régit le transport d’animaux vivants, qui devrait, selon elles, être limité à 8 heures pour les mammifères et à 4 heures pour la volaille. Les ONG, comme Welfarm, 30 millions d’amis ou le CIWF, réclament l’interdiction d’exporter des animaux vivants hors de l’Union. «Le commerce des carcasses doit remplacer celui des animaux», plaident-elles. Un enjeu économique majeur, puisque la France est le 1er pays exportateur de bovins vivants au sein de l'Europe. Tous les amendements relatifs au transport des animaux destinés à l’export ont été rejetés lors de la discussion de la loi sur l’agriculture et l’alimentation (EGA).

 

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus