Biberons: après le BPA, le BPS?

Le 16 mai 2012 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les biberons en plastique de nouveau sur la sélette.
Les biberons en plastique de nouveau sur la sélette.

Le bisphénol S (BPS), également retrouvé dans les biberons, présente une activité œstrogénique similaire à celle du bisphénol A (BPA), selon une étude de l’Institut pour la santé et la protection des consommateurs (IHCP), organisme affilié à la Commission européenne.

Si les biberons contenant du BPA, à base de polycarbonate, sont interdits dans l’Union européenne depuis juin 2011, ce perturbateur endocrinien pourrait n’être qu’une partie du problème. Utilisés pour durcir les plastiques et les rendre transparents, d’autres agents moins médiatisés pourraient avoir un effet aussi néfaste.

Cela pourrait être le cas du BPS, que l’on retrouve dans d’autres types de biberons, ceux à base de polyéthersulfone. Bien moins connu, cet agent chimique est celui vers lequel se sont tournées plusieurs grandes enseignes de la distribution, lorsqu’elles ont décidé en 2011 d’éliminer le BPA de leurs tickets de caisse [1].

Lors de leur étude publiée dans la revue Toxicology in Vitro, Elise Grignard, du Joint Research Centre de l’IHCP à Ispra (Italie), et ses collègues ont étudié l’expression d’un gène «rapporteur» placé sous la dépendance de signaux œstrogéniques, des tests dits de «transactivation». Environ 100.000 fois moins puissant que les œstrogènes naturels, le BPS s’est avéré d’activité similaire au BPA.

Un résultat confirmé lors d’une modélisation informatique, montrant que les deux agents se fixent au récepteur des œstrogènes. «D’autres comparaisons toxicologiques doivent être menées avant que l’on puisse juger du bien-fondé d’utiliser le BPS comme substitut au BPA dans les biberons», commentent les chercheurs.

Si leur activité est voisine, reste à mieux connaître leur migration hors du plastique lorsqu’ils sont chauffés. Selon une analyse conduite en 2011 par le Joint Research Centre en 2011, aucun des 30 biberons en polyéthersulfone testés n’a rejeté de trace détectable de BPS, tandis que du BPA a été décelé pour 8 des 40 biberons en polycarbonate.

Au-delà des biberons, l’Assemblée nationale a voté en octobre 2011 l’interdiction du BPA dans tout contenant alimentaire à partir de janvier 2014, et dès janvier 2013 pour les produits destinés aux enfants de moins de trois ans.

[1] Bisphénol A est le nom simplifié du 2,2-bis-(4-hydroxyphényl)propane, bisphénol S celui du bis(4-hydroxyphényl)sulfone.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus