Bhopal: le gouvernement indien en pourparlers avec l’Allemagne pour le traitement des déchets

Le 24 mai 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Plus de 350 Tde déchets sont encore présents sur le site de l'ancienne usine Union Carbide
Plus de 350 Tde déchets sont encore présents sur le site de l'ancienne usine Union Carbide

Des pourparlers ont été engagés entre le gouvernement indien et l'organisme public allemand d'aide au développement (GIZ) pour retraiter 350 tonnes de déchets de l'ancienne usine chimique Union Carbide de Bhopal.

27 ans après la catastrophe qui a frappé l’usine de pesticides dans la capitale du Madhya Pradesh, au centre de l’Inde, le gouvernement indien semble donc prêt à agir, enfin.

«Nous sommes en discussion avec le gouvernement indien», a expliqué le porte-parole de GIZ ajoutant que c'est le gouvernement indien qui est venu vers eux.

«Il n'y a cependant pas encore de contrat conclu», a-t-il souligné, précisant que le GIZ a montré par le passé qu'il avait les compétences pour accomplir ce type de mission. Le porte-parole n'a pas souhaité donner plus de détails.

Dans la nuit du 3 décembre 1984, un nuage de gaz toxique provenant de l'usine américaine de pesticides a fait des milliers de victimes. Au moins 3.500 personnes sont mortes, essentiellement de suffocation, les premiers jours. Quelque 15.000 sont décédées depuis suite à des maladies liées à l'inhalation du gaz. Mais des dizaines de milliers d’autres ont été affectées d'une façon ou d'une autre.

Le site, laissé en l’état depuis, continue à empoisonner les riverains. Car si la pollution reste cantonnée à l’usine abandonnée, elle s'infiltre néanmoins dans les eaux souterraines. Les déchets stockés ou enterrés sur le site ont, au fil du temps, contaminé la nappe phréatique située à quelques mètres de profondeur.

Cet accident est considéré comme le plus grand accident industriel de l'histoire.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus