Besson veut séquestrer un improbable carbone

Le 19 octobre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le ministre de l'industrie, Eric Besson, a annoncé, ce mercredi 19 octobre, avoir signé un permis d'exploration concernant un projet-pilote européen de captage-stockage de CO2 à Florange (Moselle). Problème: le propriétaire du site, ArcelorMittal, entend fermer le haut-fourneau.

Interrogé sur France Info sur l'avenir du site, Eric Besson n'a d’ailleurs pas voulu trop s'avancer.

«Je peux garantir que la direction assure qu'elle fait ce qu'elle avait dit, c'est-à-dire qu'elle engage des dizaines de millions d'euros pour la maintenance du site pour le relancer dès qu'elle le pourra», a-t-il déclaré.

Eric Besson s'est montré plus loquace sur la possibilité d'installer sur le site de Florange un ambitieux projet-pilote européen de captage-stockage de gaz carbonique, Ulcos.

«J'ai signé il y a quelques jours le permis d'exploration. Donc, c'est une bonne nouvelle», a déclaré Eric Besson.

«Désormais nous demandons l'aide de l'Europe sur ce projet», a-t-il ajouté, assurant de nouveau que le gouvernement français était prêt à débloquer 150 M€ sur les 600 que coûterait le projet.

L'implantation d'Ulcos en Lorraine est remise en question après l'arrêt —temporaire, selon la direction d'ArcelorMittal— du deuxième haut-fourneau du site de Florange, le dernier encore en activité en Lorraine.
 
Le projet Ulcos vise à installer une unité de captage de CO2 et une unité de compression à Florange. Le gaz serait ensuite transporté sur quelques dizaines de kilomètres, par un gazoduc spécial, vers un site d’injection qui n’est pas encore défini.