Berlin soigne son éolien

Le 30 août 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Berlin réduit les risques des GRT
Berlin réduit les risques des GRT
Alpha Ventus

Alors que le secteur éolien français n’en finit pas de s’étioler [JDLE], l’industrie allemande de la turbine vient de recevoir un sérieux coup de pouce de la part du gouvernement Merkel.

Mercredi 29 août, l’équipe de la chancelière a adopté une loi très attendue par les industriels. Ce texte —qui doit entrer en vigueur d’ici la fin de l’année— transfert les risques financiers du raccordement des futurs parcs éoliens offshore des gestionnaires de réseaux de transport d’électricité (GRT) au… consommateur.

Concrètement, les Allemands vont voir leurs taxes sur l’électricité s’alourdir d’environ 10 euros par an. Cette manne, dont le montant est estimé à 750 M€/an, servira de garantie financière aux 4 GRT, en cas de retard dans le déploiement des lignes à haute tension qui relieront les turbines installées en mer du Nord au continent.

Parallèlement, Berlin devrait planifier les opérations de raccordement. Ce qui permettra aux GRT de mieux organiser leurs opérations marines.

Pour assurer sa transition énergétique, l’Allemagne prévoit de mettre en service 10.000 mégawatts d’éolien offshore, d’ici 2020, et 25.000 en 2030.

Si le problème posé par le manque de lignes de transport semble désormais en voie de résolution, deux obstacles se profilent encore pour les tenants des aérogénérateurs marins.

Primo, le montant des taxes «renouvelables» acquitté par les consommateurs d’outre-Rhin commence à devenir de plus en plus pesant. Cette année, les Allemands verront ainsi le montant annuel de leur facture d’électricité s’alourdir de 144 € pour financer les énergies vertes qui doivent, petit à petit, remplacer l’énergie nucléaire. L’an prochain, ce montant devrait atteindre les 200 €, rappelle Der Spiegel.

Secundo, les chantiers navals allemands (où sont construites les fondations des éoliennes et installées les bases logistiques) sont dans une situation délicate. Si leur chiffre d’affaires «éolien» est estimé à 18 Md€ d’ici 2020, tous souffrent des retards rencontrés par les énergéticiens dans le déploiement de leurs machines. Initialement, 500 MW auraient déjà dû être mis en service cette année. On atteint à peine les 200 MW. Or, faute de trésorerie suffisante et d’aide publique, bon nombre d’entre eux pourraient mettre la clé sous la porte avant qu’Eole ne pointe le bout de son souffle salvateur.

http://www.journaldelenvironnement.net/article/sos-eolien-en-danger,30471



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus