Berlin réforme son soutien aux énergies renouvelables

Le 27 juin 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email


Les députés allemands ont entériné, vendredi 27 juin, la réforme de la loi sur les énergies renouvelables (EEG), dont l’un des buts est d’enrayer la hausse des prix de l'électricité.

A compter du 1er août, les tarifs d’achat seront réduits de 10% à 30% (selon les sources d’énergie) par rapport aux tarifs actuels. Ils ne s’appliqueront toutefois qu’aux éoliennes et aux centrales qui seront prochainement mises en service. Les tarifs actuels continuent de s’appliquer aux capacités existantes. Autre nouveauté: les exploitants de «centrales vertes» seront incités à vendre leur courant directement sur le marché. En cas de prix spot insuffisant, ils pourront toucher une prime de compensation. Un système que prévoit d’ailleurs le projet de loi français sur la transition énergétique. Le nombre d’entreprises bénéficiant de rabais sur le prix de l’électricité devrait être abaissé. Ce qui permettrait, en contrepartie, de freiner l’inflation des prix de l’électricité payés par les particuliers.

Réduction du rythme de mise en service

Une nouvelle programmation des investissements est également annoncée. Les renouvelables devront fournir 45% de l’électricité d’ici 2025 et 60% en 2035. Cela étant, les mises en service sont limitées à 2,5 gigawatts par an d’éolien terrestre et de photovoltaïque. Les énergéticiens qui dépasseront l’objectif annuel bénéficieront de tarifs d’achat réduits. En mer, la capacité totale des fermes éoliennes ne devra pas dépasser 6,5 GW en 2020 et 15 GW 10 ans plus tard. Un coup de frein est donné au développement des méthaniseurs de taille industrielle. La loi limite désormais à 100 mégawatts le rythme annuel de capacités nouvelles.

L’EEG nouvelle formule sera sans doute contestée par Bruxelles puisque, malgré des mois de négociations, un point fait toujours débat. La Commission fustige la mise en place d’une taxe sur le courant importé. Si elle doit participer au financement des tarifs d’achat, elle est, pour Bruxelles, totalement incompatible avec les règles fiscales communautaires.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus