Berlin prolonge la durée de vie des centrales nucléaires

Le 06 septembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Un vieux débat de la politique énergétique allemande vient d’être tranché. Dimanche 5 septembre, la chancelière allemande a décidé de prolonger l’utilisation des 17 réacteurs en service. En moyenne, a confirmé le ministre fédéral de l’environnement, leur durée de vie sera prolongée de 12 années. « Nous sommes tombés d’accord sur le fait que les plus anciennes centrales verront leur durée de vie allongée de 8 ans, contre 14 ans pour les plus récentes », a précisé Norbert Roettgen.

Les dernières tranches seront déconnectées du réseau en 2030 et non en 2021, comme prévu par un accord conclu en 2001 entre le précédent gouvernement (une coalition SPD-Grünen) et les quatre exploitants de centrales nucléaires.

Pour justifier sa décision, très contestée par l’opinion publique et nombre d’ONG, Angela Merkel a expliqué que les énergies renouvelables n’offraient pas, pour le moment, d’alternative crédible à l’énergie nucléaire. Avec une puissance installée de 20.400 MW, les centrales nucléaires produisent le quart du courant d’outre-Rhin.

Cette décision satisfait à moitié les compagnies d’électricité. Car, en contrepartie de la durée de vie allongée de leurs centrales, elles devront régler une taxe nucléaire, dont le montant devrait atteindre 2,3 milliards d’euros par an. De plus, E.ON, RWE, EnBW et Vattenfall devront abonder un fonds de recherche sur les nouvelles énergies renouvelables (300 M€ en 2011 puis 200M€ par an les années suivantes).

Les Grünen et le SPD socialiste ont immédiatement indiqué qu’ils annuleraient la décision prise par la chancelière allemande s’ils étaient portés au pouvoir, à l’occasion des élections générales, prévues pour 2013. Dans un communiqué, le ministre autrichien de l’Environnement, a regretté la décision prise par le gouvernement voisin. « L'Allemagne se facilite la tâche par rapport à ses obligations en matière de réduction d'émissions de CO 2. L'avenir de l'approvisionnement énergétique réside indiscutablement dans les énergies renouvelables », a souligné Niki Berlakovich.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus