Berlin encadre le stockage géologique du carbone

Le 14 avril 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pionnière dans les expérimentations de captage et de stockage géologique du carbone (CSC), l’Allemagne va légalement encadrer cette activité. Une obligation qui lui est faite par une directive européenne, partie du paquet Energie-climat adopté en décembre 2008.
 
Après des mois de tractations, le gouvernement d’Angela Merkel a adopté mercredi 13 avril un projet de loi idoine.
 
Les ministères de l'économie et de l'environnement s'étaient mis d'accord, en juillet 2010, sur les grandes lignes du texte, prévoyant dans un premier temps l'installation de sites-tests, et une évaluation en 2017.
 
Toutefois, pour répondre aux inquiétudes exprimée par plusieurs Länder, et après d'intenses discussions, une clause a été ajoutée leur permettant de refuser d'abriter de telles installations sur tout ou partie de leur territoire.
 
Ce texte est soutenu par les grands électriciens allemands qui exploitent encore de nombreuses centrales au charbon ou au lignite. Ces installations pourraient, en théorie, réduire considérablement leurs émissions si elles étaient équipées d’un système de CSC.
 
A eux trois, RWE, E.ON et Vattenfall émettent chaque année environ 320 millions de tonnes de CO2, soit l’équivalent des deux tiers des émissions françaises.
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus