Berges piétonnes à Paris: moins de véhicules, plus de recours

Le 28 novembre 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Moins de voitures sur les berges hautes.
Moins de voitures sur les berges hautes.

La mairie de Paris constate qu’il y a moins de véhicules que le mois précédent sur les axes de report des voies sur berges, désormais réservées aux piétons. Est-ce une tendance durable? La région Ile-de-France et 5 départements en appellent à la justice.

Impraticable, le boulevard Saint-Germain? L’enfer sur roues, la partie haute des quais rive droite? Selon sa chapelle politique, votre interlocuteur parisien vous dressera un portrait apocalyptique ou en voie d’apaisement de la situation qui prévaut dans les rues de la capitale depuis la fermeture de 3,3 km de voies sur berges. Outre la surveillance du comité technique de suivi piloté par la préfecture de Paris, dont les premiers résultats avaient été concluants, la mairie de Paris a appelé à la rescousse ses capteurs de débit et de taux d’occupation[1]. Des résultats dévoilés quelques jours après ceux, catastrophiques, de la région Ile-de-France.

Moins de véhicules

Objectif: mesurer le trafic et le temps de parcours constatés au mois d'octobre sur les axes de report et les comparer à la situation qui prévalait avant la fermeture des berges. Et les résultats sont positifs sur quasiment tous les plans, puisque le volume de véhicules baisse sur l’essentiel des tronçons; et, si les temps de parcours sont stables ou en légère hausse (0 à 3,5 minutes) en heure de pointe du soir, ceux du matin diminuent légèrement, comparés au mois de septembre dernier. «Cette donnée confirme que les automobilistes sont de plus en plus nombreux à adapter leur itinéraire ou à avoir recours à d’autres modes de transport», a estimé la mairie de Paris.

Pécresse attaque en justice

Des chiffres qui tombent alors que la région Ile-de-France, ainsi que 5 départements (Hauts-de-Seine, Yvelines, Val d'Oise, Essonne et Seine-et-Marne) ont déposé, le 25 novembre, un recours devant le tribunal administratif de Paris contre la fermeture des voies sur berges. Principal grief: le défaut d’étude de l’impact de la mesure sur la banlieue. Le 15 novembre, le même tribunal avait validé l’intérêt du projet de piétionisation, estimant que «la réduction à terme de la circulation automobile et de la pollution de l’air, la mise en valeur des berges de la Seine, inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, et le développement de l'attractivité touristique» constituaient l'intérêt du projet.



[1] Capteurs de débit (nombre total de véhicules circulant sur le capteur en un temps donné) et de taux d’occupation (pourcentage temporel d’occupation du capteur par les véhicules), installés de façon permanente dans la chaussée du réseau principal de la ville.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus