Bercy détaxe les bornes de recharge Bolloré

Le 06 février 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Près de 16.000 bornes semi-rapides seront installées d'ici à 2019.
Près de 16.000 bornes semi-rapides seront installées d'ici à 2019.
Bolloré

C’est par une décision, publiée ce vendredi 6 février par le Journal officiel, que le ministère des finances accorde le statut de projet «à dimension nationale» au projet «16K» du groupe Bolloré.

Concrètement, ce classement exempte le groupe industriel du paiement de la redevance d'occupation du domaine public, conformément aux dispositions de la loi du 4 août 2014.

Bolloré entend mettre en service jusqu’à 16.000 bornes de recharge de véhicule électrique d’ici 2019, dans près de 4.000 communes des 22 régions métropolitaines. D’un montant de 140 millions d’euros, ce projet prévoit l’installation de bornes semi rapides de 7,4 kilowatts de puissance.

La moitié au moins de ces points de charge «se présentent comme conformes par avance» à la directive européenne sur les carburants alternatifs, en particulier en matière d'«interopérabilité à l'échelon européen», selon le texte.

L'installation se fera en deux temps «d'égale ampleur», le premier s'achevant le 31 décembre 2016 et le second le 30 juin 2019. «La totalité des départements, voire des communes concernées, ont vocation à être couverts dès la première phase», précise la décision.

Le service de recharge sera disponible avec et sans abonnement. Connecté, il permettra aux abonnés de réserver leur point de charge, d'avoir un accès à l'autopartage et à des spots wifi. Les bornes du groupe breton devront être également compatibles avec les systèmes de recharge des autres opérateurs et des collectivités locales.

Cette publication intervient deux jours après la présentation de la feuille de route environnementale 2015. Un programme qui prévoit notamment de porter, dès avril, à 10.000 € le montant de la prime à l'achat d'un véhicule électrique. En contrepartie, l’automobiliste devra mettre à la casse un véhicule diesel de plus de 13 ans.

Le véhicule électrique aura bien besoin de ces soutiens pour se démocratiser. L’an passé, rappelle l’Association nationale pour le développement de la mobilité électrique (Avere-France), les Français ont immatriculé 15.045 véhicules électriques, dont 70% de voitures particulières. Les héritières de la Jamais Contente représentent 0,6% des voitures neuves immatriculées en 2014. Un chiffre en hausse de 20% par rapport à 2013.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus