Bercy cible les marchés à forte croissance environnementale

Le 07 février 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'éolien marin : une technologie bientôt aidée par l'Etat ?
L'éolien marin : une technologie bientôt aidée par l'Etat ?
Jan Arne Wold/Equinor

Un rapport, remis aux ministres de l’économie et de la recherche, cible 22 filières d'innovation à soutenir prioritairement. Une quinzaine sont directement impliqués dans la transition écologique.

 

C’est la dernière étape étant la signature du Pacte productif, attendue pour ce printemps. Ce vendredi 7 février, Bruno Le Maire, ministre de l’économie, et Frédérique Vidal, ministre de la recherche ont reçu un rapport identifiant les marchés émergents sur lesquels positionner la France d’ici à 2030.

le marché ne peut pas tout

Le but était d'identifier «les secteurs, les marchés, les technologies sur lesquelles nous allons investir dans les années à venir», a déclaré Bruno Le Maire. «Je ne crois pas que le marché puisse par lui-même identifier seul les marchés, les compétences, les technologies sur lesquelles la France pourrait réussir», a souligné le ministre, précisant qu'il ne s'agissait pas «d'une planification venue d'en haut» mais «à partir de l'écosystème».

Présidé par le patron d’Air Liquide, le groupe de travail en a identifié 22, dont 10 prioritaires. Dans le lot, l’agriculture de précision (utile pour réduire les usages d’intrants de synthèse), l’alimentation durable, le biocontrôle, l’hydrogène pour les systèmes énergétiques, la décarbonation de l’industrie.

de l'agriculture à l'éolien en mer

Le rapport cible également des «marchés émergents nécessitant un soutien public». Parmi lesquels les carburants durables, l’éolien en mer, le photovoltaïque, le bâtiment innovant, le recyclage des matériaux de construction, le recyclage et la valorisation des déchets, les produits bio-sourcés. Sans oublié les batteries pour véhicules électriques.

A charge, maintenant, au gouvernement de faire sa propre sélection des filières qui bénéficieront notamment des moyens du futur programme d’investissements d’avenir. Rendez-vous probable au mois d’avril pour la publication de la liste définitive.