Beijing ferme ses gros pollueurs

Le 09 août 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Après ses mines de charbon illégales, ses centrales électriques non autorisées, la Chine poursuit sa purge écologique.

Dimanche 8 août, le ministère chinois de l’industrie et de la technologie de l’information (MIT selon l’acronyme anglais) a annoncé avoir ordonné à 2.087 entreprises, de 18 secteurs industriels, de cesser l’activité de leurs sites les plus polluants. Ces usines, parmi lesquelles on dénombre 762 cimenteries, sont trop polluantes et consomment trop d’énergie au regard de leur volume de production. 

Les sociétés concernées ont quelque raison de s’exécuter avant la fin du mois de septembre, terme de la sommation. Le MIT, rappelle la presse chinoise, a menacé les récalcitrantes de leur refuser systématiquement de nouveaux permis de construire. Leurs autorisations de mise en décharge seront annulées. Enfin, elles pourraient se voir couper l’électricité.

Inédite, cette mesure entre dans le cadre du plan quinquennal, qui prévoit d’accroître de 20 % l’efficacité énergétique chinoise entre 2006 et 2010.

Le 3 août, le Bureau d'Etat des statistiques avait révélé que la consommation d’énergie par unité de PIB avait progressé, au premier semestre, de 0,09 % par rapport à la même période de l’année passée. Il fallait donc accélérer un processus qui, officiellement, a déjà permis de réduire de 14,38 % la consommation d’énergie par unité de PIB entre 2006 et 2009.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus