Beijing fait ses courses nucléaires

Le 05 novembre 2010
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

La Chine est en passe de devenir le partenaire stratégique de la France dans le domaine de l’énergie nucléaire. Jeudi 4 novembre, durant la visite d’Etat du président chinois Hu Jintao, Areva a conclu plusieurs accords avec des entreprises chinoises.

Le groupe nucléaire français vendra ainsi 20.000 tonnes d’uranium, sur 10 ans, à China Guangdong Nuclear Power Corp (CGNPC). L’électricien chinois exploite les centrales de Ling Ao et de Daya Bay, construites par les Français. Le montant de ce premier contrat est estimé à 3,5 milliards de dollars (2,5 milliards d’euros).

Anne Lauvergeon, la présidente du directoire d’Areva a également signé, avec Sun Qin, le patron de la China National Nuclear Corporation (CNNC), un accord de coopération dans le domaine du recyclage des combustibles usés. Cette convention ouvre la voie à l’ouverture de négociations sur la vente par Areva d’une usine de retraitement de combustibles usés, comparable à celle de La Hague (Manche) et d’une usine de fabrication de combustible Mox. Deux installations dont le devis global pourrait atteindre une vingtaine de milliards €.

Dans l’amont du cycle du combustible, Areva pourrait aussi ouvrir à ses clients chinois la mine d’uranium d'Imourarène (Niger), dont elle est l’actionnaire majoritaire.

Parallèlement, le groupe français pourrait engager un partenariat avec CGNPC pour développer l’Atmea, un réacteur à eau pressurisée de moyenne puissance (1.000 mégawatts).

Trois jours avant que ne soient signés ces accords, deux compagnies chinoises, la Jiangsu Nuclear Power Corporation (JNPC) et la China Nuclear Energy Industry Corporation (CNEIC) signaient des contrats de fourniture de combustible avec TVEL. Le producteur russe devrait livrer 6 cœurs pour l’un des réacteurs de la centrale chinoise de Tianwan, de technologie russe. TVEL va aussi aider la Chine à bâtir sa propre usine de production de combustible pour ses réacteurs VVER. AtomStroyExport devrait, par ailleurs, lancer la construction de deux nouvelles tranches VVER sur le site de Tianwan.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus