Bâtiment neuf: être performant dès 2012

Le 25 janvier 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le comité opérationnel «Bâtiments neufs publics et privés», chargé d'assurer le suivi des mesures issues du Grenelle, a rendu ses conclusions, selon Le Moniteur, qui révèle l'information. Piloté par Alain Maugard, président du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), le comité souhaite que le maximum d'aides financières et fiscales soient mises en place.

Le calcul du comité est le suivant: en faisant un grand effort maintenant, un nombre plus élevé de bâtiments neufs arrivera en 2012 à une consommation de 50 kilowattheures par mètre carré et par an (kWh/m2/an). Ce qui finalement alignera vers le bas les prix de ce nouveau marché, le rendant plus accessible à un plus grand nombre.

Trois questions principales sont posées dans le rapport. Dans la vente en l'état futur d'achèvement (1), qui faut-il avantager, l'acheteur, le promoteur? Le rapport préconise une formule d'amortissement pour le tertiaire. Seconde interrogation: comment instaurer une culture de résultat destinée à rassurer les financeurs, mais aussi à obliger les entreprises du bâtiment à suivre le mouvement de performance énergétique? Sans doute en créant des labels et certifications d'entreprises, prévoit le rapport, ou en associant dès le départ architectes et ingénieurs. Enfin, quid de la main d'oeuvre et de sa formation?





(1) La vente en l'état futur d'achèvement (Vefa) est un contrat entre l'acheteur et le constructeur d'un bien immobilier neuf. Le premier s'engage à acheter ce bien au fur et à mesure de l'avancement des travaux, le second à mener le chantier à terme.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus