BASF ne fera plus d’OGM en Europe

Le 16 janvier 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La Commission européenne a pris acte, lundi 16 février, de la décision de BASF de renoncer à développer des produits transgéniques pour le marché européen et n'autorisera aucun OGM avant d'avoir obtenu un accord sur les règles pour leur culture.
 

Le numéro un mondial de la chimie a décidé de renoncer au développement de toutes les cultures génétiquement modifiées destinées au marché européen: Amflora, Modena et Amadea, trois pommes de terre renforcées en amidon destinées à l'industrie, ainsi qu’une variété de blé conçue pour résister à des attaques fongiques.


«Les biotechnologies vertes ne sont pas suffisamment acceptées dans de nombreuses régions en Europe par la majorité des consommateurs, des agriculteurs et des responsables politiques»
, explique Stefan Marcinowski, membre du directoire de BASF, cité dans un communiqué.


«C'est un choix d'entreprise et nous prenons note», a commenté Frederic Vincent, porte-parole du commissaire en charge de la santé et des consommateurs John Dalli.


La Commission fait le même constat que BASF sur la non-acceptation des OGM, a-t-il souligné. Un an et demi après avoir obtenu l'autorisation de culture, Amflora était cultivée sur moins de 300 hectares dans seulement trois pays de l'UE, précise-t-il.
L'autre OGM autorisé à la culture dans l'UE, le maïs MON810 de Monsanto, attend depuis plus d'un an le renouvellement de cette autorisation, mais la Commission «n'a pas encore lancé le processus», malgré l'avis favorable de l'Efsa, l'autorité européenne pour la sécurité des aliments.


Sept pays dont la France et l'Allemagne ont interdit la culture du MON810 sur leur territoire.
La Commission a proposé de laisser aux Etats la décision d'autoriser ou non la culture sur leur territoire en échange de leur accord pour les homologations réclamées par les géants de l'agroalimentaire dans les pays qui le souhaitent.


BASF va se concentrer sur les marchés américains. Actuellement situé à Limburgerhof (Allemagne), son centre de recherche sur les biotechnologies sera transféré à Raleigh (Etats-Unis). Le géant allemand de la chimie va, par ailleurs, fermer ses laboratoires de Gatersleben (Allemagne) et de Svalöv (Suède).

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus