Barrage Nam Theun 2 : les associations inquiètes pour les populations

Le 08 décembre 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

La cérémonie d’inauguration du barrage Nam Theun 2 au Laos doit avoir lieu cette semaine. Deux associations mettent en avant les impacts de l’ouvrage sur les populations et l’environnement.

Le projet, débuté en 2005, est conduit par EDF en coordination avec Nam Theun Power Company (NTPC), filiale à 35 % d’EDF. La centrale hydroélectrique désormais finalisée a une puissance totale de 1.070 mégawatts(MW), elle est équipée de 4 turbines de 250 MW pour la production d’électricité à destination du réseau électrique de la Thaïlande, et de 2 turbines de 37 MW pour la production d’électricité destinée au Laos.

« 95 % de l’énergie produite seront ainsi exportés en Thaïlande via une ligne de transport haute tension de 138 kilomètres. Les 5 % restant permettront de répondre à 20 % des besoins annuels en électricité du Laos », explique EDF.

Pour les Amis de la terre, l’inauguration qui se fera en présence du président français Nicolas Sarkozy et de hauts fonctionnaires de la Banque mondiale et de la Banque asiatique de développement « cache les coûts réels pour les populations ».

L’association explique que le projet a provoqué le déplacement forcé de 6.200 personnes appartenant aux peuples indigènes du plateau du Nakai, et a affecté plus de 100.000 personnes vivant en aval, le long de la rivière Xe Bang Fai. « Les populations du plateau du Nakai voient leur sécurité alimentaire menacée : elles n’ont toujours aucune possibilité d’avoir des moyens de subsistance durables, ayant été réinstallées sur des terres de mauvaise qualité, inadéquates pour le développement de l’agriculture », s’inquiète Juliette Renaud, chargée de campagne sur la Responsabilité des acteurs financiers aux Amis de la terre.

La qualité de l’eau potable aurait diminué, tout comme la quantité de poissons, depuis l’installation du barrage. « De plus, alors que selon les promesses faites, la zone nationale protégée de Nakai-Nam Theun, d’importance significative au niveau mondial, devait être sauvegardée, le réservoir du barrage a ouvert l’accès à cette aire, développant ainsi la déforestation, la chasse illégale, et menaçant donc son intégrité écologique », relève l’association.

Localement, difficile d’affirmer que le projet est une réussite environnementale et sociale : « Aucune compensation juste n’a encore été payée à de nombreuses personnes », a constaté Ikuko Matsumoto, directrice du programme Laos pour l’ONG International Rivers, qui vient de publier un rapport sur les coûts du barrage controversé.

Les associations estiment que les banques publiques (Banque mondiale et Banque asiatique de développement) qui participent au financement ne devraient pas augmenter leur soutien aux grands barrages tant qu’il n’aura pas été prouvé qu’un projet de l’ampleur de Nam Theun 2 peut être géré convenablement.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus