Bangladesh: des maisons plus adaptées aux inondations

Le 22 octobre 2004 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L’ ONG française Architectes de l’urgence a conçu un programme de reconstruction des habitations du Bangladesh, abîmées par les inondations de juillet et de septembre. L’ambition des architectes : créer des prototypes résistants aux inondations, réalisables par les Bengalis et respectueux de l’environnement.

Réagissant aux inondations qui ont touché le Bangladesh en juillet, l'ONG Architectes de l'Urgence propose au Programme des Nations-Unies pour le développement (Pnud) un projet novateur de reconstruction des habitations dévastées.

«D'ordinaire, nous ne faisons pas de reconstructions d'infrastructures. L'initiative est donc unique», selon Lisa Hiller du Pnud. L'architecte Christian Combes explique: «Le but du programme est que les habitants puissent rester dans leur maison pendant les inondations et soient à l'abri des problèmes sanitaires».

En effet, les maisons résistent généralement bien aux inondations dues chaque année à la mousson. Alors qu'en Europe certaines crues sont très rapides et dévastatrices, la montée des eaux au Bangladesh est lente et atteint au maximum 1,2 mètre. La crue inonde les maisons mais ne les détruit pas.

Toutefois, les conditions sanitaires catastrophiques ont fait plus de 900 victimes et la stagnation des eaux a provoqué de nombreux cas de dysenteries, de diarrhées, et de pneumonies. Les architectes français ont imaginé une dizaine de modèles en collaboration avec l'Institut des architectes du Bangladesh et le département d'architecture de l'Université de Dacca.

Par exemple, des habitations flottantes, à l'image des sampans vietnamiens, s'adapteraient aux crues lentes. Des étages ou des toits de survie permettraient de vivre plusieurs jours en stockant la nourriture et l'eau potable. Les architectes étudient aussi la possibilité de mettre en place des systèmes de captation des eaux de pluie, plus saines que les eaux de crue.

Mais tous les projets n'aboutiront pas car les Bengalis doivent accepter ces idées. Ainsi, la mise sur pilotis des maisons, pratiquée dans d'autres pays, ne conviendrait probablement pas. «Les habitants se sentiraient isolés et refuseraient d'être en hauteur par rapport aux autres.» Une surélévation du sol de 1,5 mètre serait mieux accueillie.

En fait, les Architectes de l'urgence mettent en pratique les principes de développement durable. Le programme allie le développement social et économique, le respect de l'environnement et la participation des habitants.

Ainsi, les techniques de construction sont étudiées pour être facilement reproductibles afin que des artisans reproduisent les modèles de l'organisation non gouvernementale.

À terme, le programme pourrait être généralisé à tous les pays de l'Asie, victimes chaque année des inondations.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus