Baltique: une mer en mal de gestion

Le 23 avril 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'eutrophisation plombe la mer Baltique
L'eutrophisation plombe la mer Baltique

Si 12% de la mer Baltique sont couverts par une aire marine protégée, les plans de gestion ont pris beaucoup de retard, selon le bilan dressé par Helcom, l’organisation intergouvernementale des 9 pays côtiers[1], en charge de l’application de la convention d’Helsinki[2].
 

La mer Baltique a été l’une des premières régions marines, en 1974, à faire l’objet d’une convention spécifique. Hélas, ces avancées ont fait long feu. Helcom relève que seulement 106 zones, soit 65% des aires marines protégées (AMP), bénéficient d’un plan de gestion. Dans 42 autres cas (26%), le plan est encore dans les tuyaux. Pour le reste (9%), rien n’a été entrepris.

Dans sa dernière recommandation, adoptée le 1er avril, Helcom suggère de les finaliser au plus tard d’ici 2015 et d’appliquer un plan de gestion systématique dans les 5 ans suivant la désignation d’une AMP.

Selon une étude publiée le 1er avril dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (Pnas), la mer Baltique a vu décupler ses zones hypoxiques au cours du XXe siècle, à cause de l’eutrophisation et du réchauffement climatique.



[1] Allemagne, Danemark, Estonie, Finlande, Lettonie, Lituanie, Pologne, Russie et Suède

[2] Convention de la protection de l’environnement marin de la mer Baltique

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus