Baleines: échouage géant au Chili

Le 23 novembre 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Rorqual boréal
Rorqual boréal
DR

Dans le sud du Chili, des chercheurs ont découvert fin juin 337 baleines échouées, probablement des rorquals boréals, a annoncé National Geographic vendredi 20 novembre. A l’origine de cet échouage, le plus important jamais observé, peut-être la prolifération d’algues rouges liée aux rejets d’engrais.

C’est en avril que Verena Häussermann, directrice de la station scientifique de Huinay en Patagonie, a découvert une trentaine de cadavres de rorquals boréals [1] dans la zone allant du golfe de Penas à la ville de Puerto Natales, à l’extrême sud du Chili. Elle y est retournée fin juin avec Carolina Gutstein, experte des cétacés travaillant à l’université du Chili à Santiago, afin de voir s’il y en avait d’autres.

Survolant la région en avion, les deux chercheuses en ont recensé 337, soit 305 cadavres en cours de décomposition et 32 squelettes! Un chiffre inédit sur une aussi courte période de temps et une zone aussi restreinte, d’une longueur de 500 km à vol d’oiseau.

Mortelles «marées rouges»

En raison des difficultés d’accès à cette région sauvage, les chercheuses n’ont pu déterminer l’espèce avec certitude, mais il semble qu’il s’agisse avant tout de rorquals boréals. En plus des travaux lancés en vue d’une publication scientifique -raison pour laquelle la situation n’a été connue que tardivement-, les autorités ont lancé leur propre enquête, le rorqual boréal constituant une espèce protégée.

Si Verena Häussermann et Caroline Gutstein n’ont aucune certitude quant aux causes de cet échouage massif, elles penchent pour une «marée rouge», prolifération d’algues toxiques due à des rejets excessifs d’engrais et d’eaux usées. Dans la région, d’autres décès massifs de cétacés ont été liés à un tel phénomène.

De l’autre côté du continent américain, l’administration américaine en charge des océans et de l’atmosphère (NOAA) a fait part fin août d’un échouage inhabituel de 30 baleines, dont des rorquals à bosse, des rorquals communs et des baleines grises dans le golfe d’Alaska. Là aussi, les chercheurs ont évoqué la piste d’une prolifération d’algues toxiques. En février, environ 200 baleines s’étaient échouées sur les côtes de l’Ile du Sud, en Nouvelle-Zélande.

[1] Après la baleine bleue (Balaenoptera musculus) et le rorqual commun (Balaenoptera physalus), le rorqual boréal (Balaenoptera borealis) est le troisième plus grand cétacé. Il peut atteindre une taille de 20 mètres et un poids de 45 tonnes.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus