Bachelot et Lepeltier opposés à la mine de la Nièvre

Le 26 septembre 2006 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Deux anciens ministres de l’écologie, Roselyne Bachelot et Serge Lepeltier, en visite dans la Nièvre samedi 23 septembre, se sont déclarés opposés au projet de mine à ciel ouvert de Lucenay-lès-Aix/Cossayen, qualifié notamment par Serge Lepeltier de «pire signe anti-écologique que la France puisse donner».

Ce projet est un contre-signal important», a renchéri Roselyne Bachelot. Quant à lui, Serge Lepeltier a rappelé que «le charbon est l'énergie qui contribue le plus au changement climatique puisqu'il émet plus de gaz à effet de serre que le pétrole ou le gaz», , ajoutant: «Comment peut-on signer le protocole de Kyoto et relancer l'extraction du charbon? C'est incohérent. Comment demander ensuite à la Chine ou aux entreprises de faire des efforts?»

Un avis partagé par sa prédécesseure: «Si cette mine doit voir le jour, elle s'accompagnera de la création d'une centrale thermique. Il conviendra alors que ses promoteurs achètent la totalité des permis d'émission» mis en place dans le cadre du protocole de Kyoto.

La protestation des deux anciens locataires de l'avenue de Ségur intervient 6 mois après que le ministère chargé de l'écologie et du développement durable a publié un rapport sur l'avenir... du charbon.

Lors du 15e conseil franco-allemand de l'environnement, qui s'est tenu dimanche 24 et lundi 25 septembre à l'abbaye de Royaumont (Val d'Oise), Nelly Olin a indiqué que le dossier était «en cours d'instruction», sans se prononcer ni en faveur ni en défaveur du projet.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus