AZF: ouverture d’un procès historique

Le 23 février 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le procès en correctionnelle de la catastrophe industrielle d’AZF de 2001 s'ouvre aujourd’hui à Toulouse.

Plus de 1.800 parties civiles, une soixantaine d'avocats et des dizaines d'experts prendront part pendant quatre mois à ce procès, selon l’AFP. Le délibéré devrait être rendu en novembre prochain.

Le tribunal devra déterminer les responsabilités de Serge Biechlin, ancien directeur d'AZF, et de la société Grande Paroisse, exploitant de l’usine et filiale du groupe Total, dans l'explosion de l'usine d’engrais pour homicides involontaires, blessures involontaires, destructions et dégradations involontaires par l'effet d'une explosion ou d'un incendie et d'infractions au code du travail.

L’explosion de 300 tonnes de nitrate d'ammonium, stockées dans un hangar, avait fait 30 morts et des milliers de blessés et endommageant près de 30.000 logements.

L’hypothèse d'un accident chimique a été retenue par les experts à l’issue de l’instruction. Il résulterait du mélange de quelques kilos de dichloroisocyanure de sodium (DCCNa) avec 500 kg de nitrate d'ammonium déversés sur le stock de nitrate d'ammonium. Total conteste les conclusions de l'instruction, estimant que toutes les pistes, dont celle d'un attentat terroriste, n'ont pas été suffisamment creusées.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus