Avec le réchauffement, les conditions de travail vont se dégrader

Le 20 avril 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le réchauffement, c'est aussi plus de crues, donc plus de travaux.
Le réchauffement, c'est aussi plus de crues, donc plus de travaux.
VLDT

Pratiquement tous les risques professionnels seront affectés par le changement climatique, souligne un rapport que publie l’Anses. De quoi nourrir les futures négociations entre représentants des salariés et organisations patronales.

 

Il ne va pas faire bon aller travailler tous les jours. Du moins, lorsque les conséquences du réchauffement climatique seront plus intenses qu’aujourd’hui. Telle est la principale conclusion du rapport que l’Agence nationale pour la sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) consacre aux risques climatiques en milieu professionnel.

Nombreuses lacunes

Imposant, ce travail n’est qu’une ‘simple’ évaluation, tant les conséquences directes et indirectes des changements climatiques peuvent différemment influer sur la qualité de vie au travail. De plus, les lacunes restent encore nombreuses dans ce champ de recherche: les effets de la chaleur sur la vigilance, par exemple. Les incertitudes sont aussi grandes concernant le rythme de ‘remontée’ de vecteurs de maladies infectieuses, tels les moustiques Aedes, porteurs potentiels de la dengue ou du chikungunya.

Enfin, si de nombreuses professions travaillent hors les murs, toutes ne sont pas exposées aux mêmes risques. Raison pour laquelle les rédacteurs ont privilégié une approche par «circonstances d’exposition, qui permet de regrouper les professionnels en fonction de leurs expositions réelles».

trois risques climatiques

Synthétisant de nombreux travaux internationaux, l’étude de l’Anses met en exergue trois risques climatiques principaux: la hausse des températures, bien sûr, mais aussi l’évolution de l’environnement biologique (les pollens, par exemple) et chimiques (plus il faut chaud, plus les produits chimiques volatils présentent de risques). Sans oublier l’accroissement annoncé de la fréquence et de l’intensité d’événements climatiques extrêmes: épisodes cévenols, crues, etc.

Plus il fera chaud, plus grands seront les risques d’accidents par «effets neuropsychologiques», entraînant une altération de la vigilance. En clair, par fortes chaleurs, techniciens du bâtiment, chauffeurs, manutentionnaires peuvent subir des pertes de l’attention, avec les risques inhérents à leur métier: chute, risques d’accidents de la route ou de chute d’objet.

Secouristes et réparateurs

La modification des écosystèmes et de leur fonctionnement devraient aussi apporter leurs cortèges de désagrément et influer sur l’organisme des travailleurs. On pense à l’accroissement du risque allergique, avec l’allongement de la période où les pollens enrichissent l’atmosphère, mais aussi l’arrivée de nouvelles espèces végétales qui vont renforcer cette ‘pollution’ naturelle.

L’accroissement annoncé du nombre d’événements météorologiques extrêmes (tempêtes, pluies torrentielles, sécheresses, inondations) n’augure rien de bon pour les personnels exerçant leurs activités en plein air. En portant de rudes coups aux infrastructures et aux réseaux vitaux (eaux, électricité, télécom), ces événements vont aussi mobiliser plus fréquemment les équipes de secours et de réparation des gestionnaires desdits réseaux.

gare aux UV

Quelle que soit leur activité, les travailleurs de plein air ne devront pas succomber à la tentation de s’habiller léger en période de forte chaleur, sous peine de s’exposer davantage aux rayons ultraviolets (UV) du soleil, avec ses conséquences potentielles à court (brûlures) et à long terme (mélanomes).

En résumé, notent les experts de l’Anses: «A l’exception des risques liés au bruit et aux rayonnements artificiels, tous les risques professionnels sont et seront affectés par le changement climatique et les modifications environnementales». Un bon sujet de négociation entre les représentants des salariés et les organisations patronales?

 

 

Effets du réchauffement

Processus & Impacts sanitaires

Risques professionnels

Professionnels exposés

Vagues de chaleur

Altération de la vigilance

Crampe et malaises

Déshydratation

Coup de chaleur

Exposition accrue aux rayonnements UV

Trébuchement, chute

Risques liés à la manutention, au pilotage, à la manipulation de produits chimiques, aux travaux électriques

Professionnels travaillant en ambiance chaude ; réalisant des efforts physiques intenses ; travaillant dans des postures inconfortables

Températures extrêmes chaudes

Accentuation de l’évaporation des produits chimiques volatils

Risques liés aux ambiances chaudes, à la charge physique de travail

Risques psychosociaux

Risques d’incendies, d’explosion

Travailleurs au contact de produits chimiques volatils

Hausse des températures moyennes

Modification des zones de répartition des agents pathogènes

Risques liés aux agents biologiques ;

Risques infectieux à transmission respiratoire, cutané ou digestive

Professionnels en contact avec des personnes ou des animaux ; boulangers ; meuniers ; techniciens de laboratoires travaillant sur des micro-organismes ; agriculteurs ; rippeurs ; techniciens de stations d’épuration

Températures nocturnes élevées

Altération de la vigilance

Trébuchement, chute

Risques liés à la manutention, au pilotage, à la manipulation de produits chimiques, aux travaux électriques

Travailleurs résidant dans des îlots de chaleur nocturne

Allongement des périodes d’exposition aux pollens

Migration de certains végétaux pouvant provoquer l’apparition de nouveaux allergènes

Risques immuno-allergiques et toxiniques

Professionnels travaillant en milieu naturels, agriculteurs

Accroissement des épisodes pluvieux

Répétition des aléas climatiques provoquant fatigues, épuisements psychiques et physiques

Risques liés aux aléas climatiques extrêmes

Equipes de secours, professionnels de la remise en état des réseaux, personnels installés près de zones à risques

Risques de submersion

Risques d’interruption de la production et de dévastation de l’outil de travail

Risques liés aux aléas climatiques extrêmes

Equipes de secours, professionnels de la remise en état des réseaux, personnels installés près de zones à risques

Accroissement du risque d’incendie de forêts

Augmentation du risque accidentel

Risques liés aux aléas climatiques extrêmes

Equipes de secours, personnels installés près de zones à risques

Source : Anses



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus