Avec la montée du CO2, des végétaux moins protéinés

Le 09 avril 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un blé bientôt moins protéiné?
Un blé bientôt moins protéiné?
DR

Avec la hausse du taux de CO2, les végétaux devraient moins bien absorber les nitrates, et devenir moins riches en protéines, révèle une étude publiée dans la revue Nature Climate Change.

 

Les plantes vont-elles peu à peu perdre de leurs qualités nutritives? L’étude menée par Arnold Bloom, chercheur en biologie végétale à l’University of California de Davis, et ses collègues, le laisse penser. Menée sur du blé cultivé en extérieur, elle révèle une baisse d’absorption des ions nitrates lorsque l’air est enrichi en CO2.

Or les nitrates sont nécessaires à la synthèse des protéines. «A teneur élevée en CO2, la concentration en protéines dans un grain de blé, de riz, dans une pomme de terre ou dans un grain d’orge décline en moyenne de 8%», expliquent les chercheurs.

-3% de protéines

«Ces espèces fournissent respectivement 21%, 13% 2% et 0,3% des protéines d’un régime humain. Ainsi, les protéines disponibles pour la consommation humaine pourraient diminuer d’environ 3% lorsque le CO2 atmosphérique aura atteint les niveaux prévus dans quelques décennies», calculent-ils.

Selon eux, cette baisse d’absorption des nitrates s’expliquerait par une inhibition directe par le CO2 -et non par une accumulation de glucides dans les feuilles, ou par une saturation des racines par le carbone, comme stipulé par d’autres hypothèses.

«Une fertilisation massive par les nitrates pourrait en partie compenser cette baisse de qualité nutritive, mais cela aurait des conséquences négatives: prix plus élevé, plus de nitrates partant dans les nappes phréatiques, émissions accrues de protoxyde d’azote, un gaz à effet de serre», conclut Arnold Bloom, cité par l’université.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus