Avec l’Haliade X, GE fait un grand bond en avant dans l’éolien offshore

Le 22 juillet 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg, envoyé spécial
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'Haliade X, l'éolienne marine la plus puissante du monde.
L'Haliade X, l'éolienne marine la plus puissante du monde.
VLDT

General Electric dévoile,ce lundi 22 juillet, l'Haliade X, la plus puissante éolienne marine du monde. Cette turbine de 12 MW constitue désormais l'offre de base du conglomérat américain dans le domaine de l'offshore.

 

La machine est énorme. Posée sur son socle bleu roi sur le parking de l’usine GE de Saint-Nazaire, l’Haliade X est presque aussi imposante que le hangar où elle a été assemblée. Pesant 700 tonnes, la nacelle grise affiche ses dimensions hors normes : 21 mètres de long sur une dizaine de hauteur. «A l’intérieur, il y a de quoi aménager un triplex de 2.000 m3», s’amuse Pierre Langguth, responsable de la logistique du géant des mers.

La consommation de 16.000 Européens

Car, l’engin inauguré ce lundi 22 juillet, attise les passions des partisans de l’éolien marin. «Avec un facteur de charge moyen de 63 %, chaque machine pourra produire 67 GWh/an, assez pour alimenter 16.000 consommateurs européens», résume John Lavelle, patron de GE Renewable Energy Offshore Wind.

Les ingénieurs du groupe américain ne cachent pas leur fierté. «Nous sommes les seuls à pouvoir faire ça. Les seuls à pouvoir refroidir en pleine mer une machine de 12 MW», souligne Pierre Langguth. Une référence à l’accident survenu sur le prototype de la turbine V 164 de MHI Vestas, dont la surchauffe provoqua un incendie dévastateur, en août 2017. Depuis, le turbinier ne propose plus qu’une version dégradée de l’ex-plus puissante éolienne du monde : 8 MW au lieu des 9,5 MW escomptés.

Ultimes tests

Le géant siglé GE n’est pas encore opérationnel. A peine assemblés, les deux prototypes seront expédiés à Rotterdam et au centre d’essais Ore de Blythe (Royaume-Uni) pour y subir d’ultimes tests de qualification. Selon son géniteur, la machine reine devrait être déclarée bonne pour le service à l’été 2021. Ce qui tombe plutôt bien.

Deux ans, c’est précisément le temps dont a besoin l’industriel pour réaliser dans son usine de Saint-Nazaire les 66 turbines qui équiperont le parc éolien marin de ... Saint-Nazaire, un projet désormais purgé de tous les recours. «Nous attendons d’un moment à l’autre, la commande définitive d’EDF», s’impatiente Jérôme Pécresse, P-DG de GE Renewable Energy. Ensuite, il faudra adapter le site aux contraintes de fabrication d'une machine bien plus imposante que l'aérogénérateur de 6 MW. La transformation devrait coûter une cinquantaine de millions d’euros. A cela, il faut ajouter les 75 millions d’euros investis dans l’usine de pales de Cherbourg. Longues de 107 mètres, ces lames normandes seront totalement dédiées à l’Haliade X.

Offre de base

Avec ses deux manufactures taillées pour ne produire que des Haliade X, GE veut s'imposer sur le marché dynamique de l'éolien offshore. «Cette machine constitue désormais notre offre de base», confirme Jérôme Pécresse. Les marchés porteurs? «L’Europe et les Etats-Unis. Mais nous attendons aussi beaucoup du marché français après l’annonce faite par le gouvernement de porter à 1 GW par an la puissance des appels d’offres annuels, durant la prochaine PPE.»

L’ancien patron d’Alstom Renewable Power Sector est confiant: «Constituer un parc marin avec des éoliennes de cette puissance permet d’économiser sur les coûts de construction, du raccordement, des travaux d’installation, de la logistique et de la maintenance. Nos coûts de production se situent au niveau de ceux du futur parc de Dunkerque», résume Jérôme Pécresse.

Performante sur le papier, l’Haliade X n’a, pourtant, pas encore trouvé de clients. «Nous travaillons sur des appels d’offres, de plusieurs milliards de dollars. Nous devrions signer nos premiers contrats d’ici la fin de l’année», veut croire Jérôme Pécresse. Rendez-vous est pris.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus