Aux USA, la vague verte ne décolle pas

Le 29 mars 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Howie Hawkins, probable candidat vert aux élections présidentielles US.
Howie Hawkins, probable candidat vert aux élections présidentielles US.
DR

Le dernier parti écologiste américain en lice choisit son candidat aux présidentielles. Mais Howie Hawkins, le favori, ne décolle pas dans les sondages.

Il n’y a pas que le parti démocrate à choisir son candidat aux élections présidentielles de novembre. En juillet prochain, les adhérents du Green Party éliront celui ou celle qui portera la voix des écolos américains. Ils sont huit hommes et femmes à se disputer leurs suffrages. Mais un nom revient régulièrement en tête : Howie Hawkins.

Âgé de 67 ans, « Howie » coche toutes les cases pour se faire élire (par les siens). Pacifiste, anti-nucléaire, anti-apartheid, anarchiste, partisan d’une gestion libertaire des municipalités, l’ancien installateur de panneaux solaires a fini sa carrière professionnelle comme syndicaliste chez UPS. Il fut aussi à l’origine de la fondation du Green Party (GPUS), en 1988, en opposition aux écolos libéraux de feu les Greens/Green Party (GPUSA).

son meilleur score: 10%

Howie Hawkins est un vétéran de la politique. Voilà près de 40 ans qu’il se présente à tous les scrutins. Des décennies qu’il cherche à se faire élire maire, député, gouverneur, sénateur. Et maintenant président. C’est en 2004 qu’il fait son meilleur score: 10% des voix, face à James Walsh, inamovible député républicain de l’Etat de New York.

A-t-il une chance de mieux faire, cette année? Très peu probable. Malgré une profusion de candidatures, le Green Party peine à organiser des caucus dans tous les Etats de l’Union. Il n’y a déjà pas assez de militants disponibles, en temps normal. Ce sera pire, en période de confinement. Howie Hawkins peine aussi à faire des concessions.

impopulaire chez les démocrates

L’ex-Marine estime être l’inventeur du New Green Deal, dont personne n’avait jamais entendu parler avant que la députée de New York Alexandria Ocasio-Cortez ne tente de l’imposer au parti démocrate, en février 2019. «Ils ont repris la marque mais l’ont vidée de sa substance», estime-t-il. Ce sera difficile d’attirer à lui des électeurs démocrates.

D’autant que l’ancien élève du prestigieux Darmouth College s’est rendu très impopulaire chez les adorateurs de l’âne (symbole du parti démocrate) en minimisant l’importance du Russiangate[1]. Un sujet terriblement sensible pour les anciens électeurs d’Hillary Clinton.

Sans surprise, Howie Hawkins vole sous les radars des instituts de sondage américains. Selon une étude, réalisée par Yougov pour le compte de The Economist, seuls 3% des électeurs pourraient soutenir un candidat indépendant: moitié moins qu’en 2016. A supposer qu’il puisse effectivement se présenter, Howie risque une énième humiliation politique.



[1] Les services spéciaux russes sont soupçonnés d’avoir influer sur le cours des élections américaines de 2016 en discréditant, sur l’Internet, la candidature de la démocrate Hillary Clinton.