Aux Etats-Unis, une prospection pétrolière offshore à coups de canon

Le 03 décembre 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Une prospection nocive pour les mammifères marins
Une prospection nocive pour les mammifères marins

Après avoir ouvert la quasi-totalité des eaux américaines aux forages pétroliers et gaziers, le gouvernement Trump a autorisé, le 30 novembre, 5 entreprises à procéder à une prospection des fonds océaniques par canons à air. Au grand dam des associations environnementales.

Le communiqué de presse de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) est laconique. Il annonce l’autorisation accordée à 5 entreprises de procéder à des prospections offshore en utilisant des bateaux remorquant des dizaines de canons à air comprimé. En générant des ondes sismiques vers les fonds marins, ceux-ci peuvent cartographier les structures géologiques. But du jeu: détecter d’éventuelles réserves d’hydrocarbures.

Malheureusement, cette technique est des plus dangereuses pour les mammifères marins. La NOAA avait d’ailleurs rejeté ces demandes de permis en janvier 2017, à la fin de la présidence Obama, au nom de ce risque pour la faune. De nombreuses études montrent que les canons à air peuvent blesser les organes des poissons, tuer le plancton et désorienter les cétacés. Une limite posée par l’Agence fédérale: des observateurs tiers devront être embarqués à bord des bateaux et pourront, en cas de danger, demander l’arrêt des opérations.

Des tirs toutes les 10 secondes

Dans un communiqué, le NRDC[1] affirme que «des explosions, aussi fortes que de la dynamite, sont déclenchées toutes les 10 secondes pendant des semaines voire des mois. (…) Il s’agit d’une licence permettant aux entreprises privées de mutiler et tuer une vie marine fragile.» Selon l’ONG américaine, cette seule activité pourrait menacer la survie de la baleine noire (Eubalaena glacialis), en voie de disparition dans l’Atlantique Nord.

Les permis de forage eux-mêmes n’ont pas encore été officiellement accordés.



[1] National Resources Defense Council

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus