Aux Etats-Unis, un premier plan contre l’antibiorésistance

Le 30 mars 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un pas difficile à franchir aux Etats-Unis
Un pas difficile à franchir aux Etats-Unis

La Maison blanche prend enfin en main la question de l’antibiorésistance, avec un premier plan dont les grandes lignes ont été annoncées vendredi 27 mars. Un pas dans la bonne direction, mais qui ne va pas jusqu’à interdire les pratiques d’élevage à l’origine du problème.

Rendant chaque année malades 2 millions d’Américains, et en tuant 23.000, les bactéries résistantes aux antibiotiques constituent une menace croissante pour la santé publique. Du fait d’un usage abusif de ces médicaments, nombre de maladies risquent de devenir rapidement plus difficiles à traiter.

Principale cause de ce phénomène, les élevages animaux, où subsistent des pratiques favorisant les résistances. Contrairement à l’Union européenne, les Etats-Unis continuent à autoriser l’usage promoteur de croissance des antibiotiques, la Food and Drug Administration (FDA) se contentant d’appeler les laboratoires pharmaceutiques et éleveurs à la bonne volonté.

Parmi les grandes mesures de son plan présenté vendredi, la Maison blanche propose d’«éliminer, dans les élevages, l’usage promoteur de croissance des antibiotiques importants pour la médecine humaine», et d’accroître l’emprise des vétérinaires sur les prescriptions d’antibiotiques.

La démarche volontaire demeure

Mais s’il s’agit d’«éliminer», toujours pas d’interdiction en vue. Ce que déplore le Center for Science in the Public Interest (CSPI): selon l’association, le plan aurait simplement dû rendre illégal tout usage autre que thérapeutique, y compris préventif –comme prévoit de le faire l’UE.

Le plan fixe plusieurs objectifs, plutôt ambitieux, en matière de réduction des résistances. Par rapport à 2011, il vise pour 2020 une baisse de 25% à 60% du taux de résistance parmi les grandes menaces bactériennes, dont les salmonelles, les staphylocoques dorés ou encore la bactérie nosocomiale Clostridium difficile.

Dans son projet de budget 2016, Barack Obama propose de doubler les sommes allouées à la lutte contre l’antibiorésistance, pour les porter à 1,2 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus