Aux Etats-Unis, poissons et fruits de mer ont le goût du sang de mammifères

Le 10 janvier 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des dauphins pris au piège de sennes installées pour la pêche au thon (Océan Pacifique)
Des dauphins pris au piège de sennes installées pour la pêche au thon (Océan Pacifique)

650.000 mammifères marins tués ou blessés chaque année… Tel est le lourd tribut payé par les océans pour fournir aux Américains leurs rations de poissons et de fruits de mer, révèle une étude de l’ONG Natural resources defense council (NRDC).

Outre-Atlantique, 91% des produits de la mer sont importés. Or les fournisseurs des consommateurs US ne respectent évidemment pas les contraintes de pêche édictées par la loi fédérale de 1972 sur la protection des mammifères marins. (Marine Mammal Protection Act).

 

«Cela fait 40 ans que les représentants du gouvernement fédéral ne parviennent pas à faire respecter une loi qui pourrait sauver des milliers de baleines et de dauphins des pratiques dangereuses liées à la pêche», commente Zak Smith, avocat au NRDC.

 

Baleines, lions de mer et dauphins DANS LES FILETS

 

Parmi les espèces les plus menacées par des captures accidentelles ou des prises accessoires, l’ONG a identifié la baleine franche de l’Atlantique Nord, victime de la pêche canadienne de homards et de crabes.

 

De nombreuses autres espèces de mammifères sont touchées. En Nouvelle-Zélande, la pêche au calmar menace le lion de mer. Au Mexique, c’est le commerce de la crevette qui met en danger le marsouin du Pacifique. Au Sri Lanka, les pêcheries de thon provoquent la disparition progressive des dauphins à long bec…

 

Les pêcheurs américains se sont associés à la NRDC pour dénoncer les mauvaises conditions de capture. «Les sociétés de pêche étrangères peuvent pratiquer de très bas prix puisqu’ils n’ont pas à s’assurer que leurs exportations vers les Etats-Unis respectent les conditions de capture du Marine Mammal Protection Act», déclare Acy Cooper, vice-président de l’association des pêcheurs de crevettes de Louisiane.

 

Cinq techniques de pêche s’avèrent particulièrement dangereuses pour les mammifères marins: les filets maillants (en particulier leurs treillis métalliques), les sennes coulissantes (et ses filets verticaux), les chaluts (et leurs filets en forme d’entonnoir), les pièges à crustacés et les palangres. Autant de pièges mortels pour les poissons et les mammifères.

 

Des procédés alternatifs permettent de réduire les prises accessoires. Aux Etats-Unis, celles-ci ont été réduites de près de 30% en 20 ans, suite à l’adoption d’un plan d’action fédéral en 1994, qui suggère des périodes et des zones d’exclusion, des systèmes d’alerte, et l’adaptation des engins de pêche pour éviter les enchevêtrements...

 

L’ONG demande donc au gouvernement fédéral de prendre des mesures pour que la loi protectrice des mammifères marins soit respectée par l’ensemble des pêcheurs et des exportateurs dont les produits débarquent sur les étals américains. Mais Washington pourrait rester sur la même ligne puisqu’elle n’a pas réussi à imposer, dans le passé, sa loi sur le thon «dolphin safe» (c’est-à-dire ne contenant pas de dauphins) aux pêcheurs mexicains, lors d’une plainte déposée à l’Organisation mondiale du commerce (OMC).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus