Aux Etats-Unis, les salmonelles ne connaissent pas de «shutdown»

Le 16 octobre 2013 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
On commence à manquer d'inspecteurs de l'hygiène, outre-Atlantique.
On commence à manquer d'inspecteurs de l'hygiène, outre-Atlantique.
CDC

Les Etats-Unis se retrouvent depuis début octobre en proie à une épidémie de salmonelloses liées à du poulet produit en Californie, ce qui a conduit les centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) à rappeler une partie de ses fonctionnaires restés chez eux en raison du «shutdown».

Selon le bilan publié vendredi 11 octobre par les CDC, cette Salmonella Heidelberg a rendu malades 317 personnes dans 20 Etats, dont 73% en Californie. Fait inhabituel, 42% de ces personnes ont dû être hospitalisées, taux deux fois plus élevé que celui normalement observé avec des salmonelloses.

A l’origine de ces cas, du poulet produit par l’entreprise Foster Farms dans trois de ses établissements californiens. Sept souches sont impliquées, dont certaines résistantes à plusieurs antibiotiques. Si la piste Foster Farms semble la plus probable au vu de l’enquête épidémiologique, aucun de ces produits n’a pour l’instant été testé positif: le Food Safety and Inspection Service (FSIS) n’a donc pas lancé de procédure de rappel, tandis que Foster Farms a annoncé jeudi avoir revu ses procédures d’abattage et de fabrication.

68% du personnel des CDC à la maison

L’épidémie tombe au plus mal pour les autorités, le pays se retrouvant en pleine paralysie budgétaire, avec l’arrêt des activités gouvernementales depuis le 1er octobre. Un ralentissement qui touche aussi les institutions en charge de la sécurité des aliments, tels que les CDC, la Food and Drug Administration (FDA), ou encore le FSIS au département américain à l’agriculture (USDA).

Face à cette série de salmonelloses, les CDC, dont 68% du personnel ont déserté leurs bureaux, n’ont eu d’autre choix que de rappeler une partie d’entre eux afin de faire face à la situation. Quant à la FDA, 45% de son personnel se retrouve en congé forcé depuis début octobre.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus