Aux Etats-Unis, la malbouffe c’est aussi le sel

Le 17 septembre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les enfant américains en abusent
Les enfant américains en abusent
DR

Les enfants américains ne consomment pas seulement trop gras, ils mangent aussi trop salé, révèlent les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Résultat: entre 6 ans et 18 ans, un enfant sur six présente déjà des signes précurseurs d’hypertension.

Les Américains ont toujours un temps d’avance, même en matière de sel. Selon une étude publiée le 12 septembre dans le bulletin hebdomadaire des CDC, les enfants américains en consomment en moyenne 8,2 grammes par jour, soit presqu’autant qu’un homme français (8,7 g/jour). Et c’est sans tenir compte du sel ajouté à table, que les CDC estiment à 5% des apports en sel [1].

Comme en France, les garçons ingèrent plus de sel que les filles, respectivement 9,2 g/jour et 7,4 g/jour. Les CDC observent aussi une consommation plus élevée dans les classes défavorisées. Car une fois de plus, la malbouffe s’avère la plus chargée en sel, les pizzas constituant la première source d’apport, suivies par le pain, la viande et les chips.

90% des enfants au-dessus des recommandations

Dans sa stratégie Healthy People 2010, équivalent américain de notre programme national Nutrition-santé (PNNS), la Food and Drug Administration (FDA) fixe une consommation de 2.300 g de sodium par jour, soit 5,75 g de sel. On en est très loin, avec 90% des enfants américains se situant au-dessus. Or atteindre ce seuil permettrait d’épargner 280.000 à 500.000 vies sur 10 ans, du fait des maladies cardiovasculaires et des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

En France, le PNNS3, qui couvre la période 2011-2015, fixe un objectif à 8 g par jour chez les hommes, 6,5 g chez les femmes et les enfants. Des seuils certes très tolérants, mais présentés comme une étape intermédiaire vers les 5 g/jour préconisés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Sans tenir compte du sel de table, un homme consomme en moyenne 8,7 g/jour, une femme 6,7 g/jour, un garçon 5,9 g/jour et une fille 5 g/jour. Si «la consommation totale de sel des Français est bien supérieure aux recommandations de santé publique», l’Anses a observé une baisse de 4% à 10% depuis 2003, du fait des efforts entrepris par l’industrie agroalimentaire (voir le JDSA).

[1] En France, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) indique «1 à 2 g par jour» de sel de table.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus