Aux Etats-Unis, l’explosion des maladies vectorielles

Le 03 juin 2019 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les tiques, premiers vecteurs de maladies
Les tiques, premiers vecteurs de maladies
DR

Les maladies vectorielles, en particulier celles liées aux tiques et aux moustiques, ont vu leur nombre de cas tripler aux Etats-Unis entre 2004 et 2016, selon les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Signes visibles de la mondialisation des échanges (marchandises, personnes), vouées à s’étendre du fait du réchauffement, les maladies émergentes constituent une importante menace. Notamment aux Etats-Unis, où elles ont connu une forte hausse ces dernières années, ainsi que l’apparition de neuf nouvelles maladies depuis 2004.

Près de 100.000 cas par an

Selon un bulletin des CDC américains, le nombre de cas humains de maladies vectorielles, liées à des moustiques, des tiques ou des puces, aurait ainsi triplé entre 2004 et 2016, passant de 27.388 à 96.075  cas par an en seulement  12 ans.

Premières en cause, les maladies liées aux tiques, en particulier la maladie de Lyme pour 82% des cas, dont l’incidence a doublé au cours de la période, pour atteindre 36.429 cas en 2016.

Comme d’autres maladies liées aux tiques (anaplasmose, ehrlichiose… elles aussi en hausse), la maladie de Lyme peut se contracter dans tous les Etats, mais est plus fréquente dans la partie est du pays, surtout le nord-est, ainsi que dans les Etats du littoral Pacifique, en particulier la Californie.

Des épidémies liées aux moustiques

Quant aux cas de maladies vectorielles liées aux moustiques, ils sont plus dispersés, principalement de type épidémique. La plus courante demeure la fièvre du Nil occidental, qui a donné lieu à plusieurs épidémies entre 2004 et 2016, dont la principale en 2012 au Texas avec 5.674 cas cette année-là.

D’autres maladies liées aux moustiques ont fait leur apparition aux Etats-Unis durant cette époque, en particulier le chikungunya, la dengue et Zika. Si l’île de Porto Rico est le territoire le plus touché, plusieurs séries de cas de transmission autochtone (non importée de pays endémiques) sont survenues sur le continent, notamment de dengue (Floride, Hawaii, Texas), ainsi que de chikungunya et de Zika (Floride, Texas).

Quant aux maladies liées aux puces, la principale demeure la peste, qui a fait un total de 89 cas aux Etats-Unis entre 2004 et 2016, avec un maximum de 17 cas en 2006.

En Europe aussi, les maladies vectorielles présentent une tendance à la hausse. Parmi les plus menaçantes, la fièvre Crimée-Congo, dont deux premiers cas ont été rapportés en Europe de l’Ouest, en l’occurrence en 2016 en Espagne, dont un mortel. Publiée dans le bulletin des CDC américains, une nouvelle étude espagnole montre que la maladie est en cours d’implantation dans le pays, avec un taux d’infestation chez les tiques proche de celui des zones européennes endémiques (Kosovo, Serbie, Albanie), le virus étant présent chez 2,78% des tiques analysées.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus